Sécheresse : les assureurs vont tester de nouvelles solutions de protection des maisons

De nombreuses maisons construites sur des sols argileux sont menacées de fissures à cause de mouvements de terrain occasionnés par l'alternance de périodes de pluie et de sécheresse.
Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
De nombreuses maisons sont menacées de fissures à cause de mouvements de terrain occasionnés par l'alternance de périodes de pluie et de sécheresse. Photo d'illustration. (MAGALI COHEN / HANS LUCAS / AFP)

Le secteur de l'assurance a annoncé, mardi 12 septembre, le lancement d'une "initiative" visant à tester sur cinq ans l'efficacité de quatre types de solutions pour lutter contre la déformation des sols, notamment en raison de la sécheresse, qui entraîne des fissures sur les maisons et un coût considérable pour les assureurs. Un projet qui devrait coûter 8,5 millions d'euros sur la période.

>> Sécheresse : les propriétaires de maisons fissurées, symboles malgré eux d'un système d'assurance submergé par le changement climatique

Les quatre techniques testées sont la réhydratation des sols en période de sécheresse, la protection des sols, notamment en les imperméabilisant avec une géomembrane, l'injection de produits à proximité des fondations pour changer la nature des sols et le renforcement des fondations.

Plus de 11 millions de maisons menacées

Au total, 300 maisons feront partie de l'expérience : 200 qui ont déjà subi des dommages et 100 autres où les solutions seront appliquées en prévention. Les maisons construites sur des sols argileux sont menacées de fissures à cause de mouvements de terrain occasionnés par l'alternance de périodes de pluie et de sécheresse.

Ce phénomène est appelé retrait-gonflement des sols argileux (RGA) et toucherait plus de 11 millions de maisons, selon les assureurs. En 2022, le coût de la sécheresse sur les maisons a été évalué à plus de 3 milliards d'euros, un record depuis la création du régime "catastrophes naturelles" en 1982.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.