Stocamine : des militants d'Extinction Rebellion délogés après avoir bloqué les accès au site d'enfouissement des déchets dans le Haut-Rhin

Les travaux qui doivent permettre le confinement définitif de 42 000 tonnes de déchets toxiques dans une ancienne mine ont été suspendus par le tribunal administratif de Strasbourg. Des élus et des écologistes s'opposent à cet enfouissement qui fait planer une menace sur la nappe phréatique.

Article rédigé par
(avec France Bleu Alsace) - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le site de Stocamine Wittelsheim, le 17 septembre 2021. (GUILLAUME CHHUM / RADIO FRANCE)

Plusieurs dizaines de militants de l'association écologiste Extinction Rebellion ont bloqué, samedi 28 mai, au matin, les entrées du site d'enfouissement de déchets Stocamine à Wittelsheim (Haut-Rhin), rapporte France Bleu Alsace. Les gendarmes du Haut-Rhin ont délogé les manifestants en fin de matinée. "Ils ont réussi à s'introduire à l'intérieur du site et il y a eu des dégradations comme des tags" assure à France Bleu, le maire de la commune Yves Goepfert. Les manifestants protestaient contre la décision d'enfouissement définitif de plusieurs milliers de tonnes de déchets et soutenir la décision du tribunal administratif de Strasbourg.

Mercredi 25 mai, le tribunal administratif a suspendu les travaux d'enfouissement définitifs des déchets à la suite d'un référé-suspension déposé par la Collectivité européenne d'Alsace (CEA) et l'association Alsace Nature. Selon le tribunal, "il existe un doute sérieux quant à la légalité" de l'arrêté préfectoral. Les travaux de préparation du chantier qui avaient débuté le 10 mai sont donc stoppés. Cette suspension est provisoire, la justice examinera le fond de ce dossier d'ici la fin de l'année.

"Ça fait vingt ans qu'on en parle et que rien n'est fait"

Cette décision"va dans le bon sens", explique une militante Extinction Rebellion à France Bleu Alsace. "On veut la renforcer avec notre mobilisation aujourd'hui." Les manifestants veulent une décision claire d'arrêt du projet de "bétonisation" de la part de l'État. "Les substances qu'on veut enfouir se situent sous la plus grande nappe phréatique d'Europe. Ça fait vingt ans qu'on en parle et que rien n'est fait", affirme cette militante présente sur place.

Quelque 42 000 tonnes de déchets des Mines de potasse d'Alsace (MDPA), comme de l'amiante, du mercure ou de l'arsenic, sont enfouies dans les galeries de Stocamine, une ancienne mine de sel, à 550 mètres sous terre, sous la nappe phréatique d'Alsace. Les autorités souhaient y stocker définitivement ces résidus très toxiques et les travaux qui ont été suspendus prévoient de construire des "barrages de confinement" en béton. Inquiets des risques de contamination de la nappe phréatique, des élus locaux et des associations écologistes réclament le retrait d'un maximum de déchets.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Risque industriel

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.