VIDEO. Grève du 5 décembre : vélo, covoiturage, cars... Les Français organisent leurs plans B pour se déplacer

Un célèbre site de covoiturage a enregistré un nombre d'inscriptions multiplié par dix ces derniers jours. Trente salariés sont même spécialement mobilisés pour faire face à la hausse d'activité.

La SNCF s'attend à de très fortes perturbations lors de la grève du 5 décembre. Et elle anticipe également des problèmes les jours suivants. Elle a déjà prévenu 150 000 voyageurs que leurs trains seraient supprimés sur les 5, 6, 7 et 8 décembre. Les Français, eux, ont déjà pris les devants et s'organisent pour pouvoir se déplacer malgré tout.

"Je vais devoir prendre mon vélo, même s'il pleut, même s'il neige", raconte un jeune homme devant une gare parisienne. "En habitant à Lille (...) clairement Lille-Paris, ça met des heures et des heures de trajet en comptant les bouchons. Donc non, je n'ai pas d'alternative", ajoute une femme qui devait se rendre à la capitale.

70% des réservations en plus pour une compagnie de bus

Un homme fait l'aller-retour quotidiennement entre Paris et la Picardie. Il s'est intéressé au covoiturage. "Partir, c'est bien. Après, il faut aussi revenir", raconte-t-il. Et il n'est pas le seul à avoir eu ce réflexe. La plateforme de covoiturage, Blablacar, a enregistré un nombre d'inscriptions multiplié par dix ces derniers jours. Trente salariés sont même spécialement mobilisés pour faire face à la hausse d'activité liée à la grève.

Les compagnies de bus, elles aussi, profifent de la grève à venir. D'un jour à l'autre, les prix s'envolent. Mais cela ne freine pas les achats de billets. Pour le 5 décembre, les réservations ont réservé de 70% pour certaines entreprises.

'On rajoute plusieurs cars, des milliers de places par jour sur une dizaine de destinations les plus demandées, explique Raphaël Daniel, porte-parole de Flixbus. Il mentionne les trajets ou encore Paris-Strasbourg, Paris-Lyon, Grenoble-Lyon."

Le JT
Les autres sujets du JT
Un cycliste au milieu des voitures, à Paris.
Un cycliste au milieu des voitures, à Paris. (SERGE ATTAL / ONLY FRANCE / AFP)