VIDEO. Éducation : "Cette réforme des retraites, c'est une déclaration de guerre", selon le collectif des "stylos rouges"

"Rien n'est fait pour que cela s'arrête. Il suffit de retirer la réforme", estime Arnaud Fabre, administrateur du collectif d'enseignants des "stylos rouges".

FRANCEINFO / RADIO FRANCE

"Cette réforme des retraites, c'est une déclaration de guerre", a réagi jeudi 12 décembre sur franceinfo Arnaud Fabre professeur de lettres et administrateur du collectif d'enseignants en colère des "stylos rouges", au lendemain des annonces du Premier ministre"La guerre ce n'est pas nous qui la faisons, nous, nous défendons l'avenir des générations futures."

>> Grève du 12 décembre : suivez la situation en direct

franceinfo : Croyez-vous aux annonces du ministre de l'Éducation nationale, Jean-Michel Blanquer ?

Il est très difficile de faire confiance à Jean-Michel Blanquer. Quand il nous annonce des augmentations de salaires, ça fait deux ans qu'il en parle. Nous, les "stylos rouge", on demande 1 000 euros nets par professeur et par mois et on obtient 400 millions par an. Alors on se dit, c'est beaucoup, sauf qu'on est presque un million d'enseignants. Donc 400 millions, si vous divisez par un million, ça fait 400 euros brut annuel, donc 30 euros par mois net. Cela ne pourra jamais compenser ce rattrapage énorme qui doit être fait pour que les enseignants soient à nouveau considérés par l'État et par la population et surtout que l'on puisse à nouveau recruter.

On se retrouve face à un système où on nous paie mal et où on nous vole nos retraites. On use les gens au travail. C'est vrai pour les enseignants, mais aussi dans les hôpitaux, dans les entreprises privés. Les gens sont usés au travail et quand ils arrivent usés à la retraite, on veut leur prendre leur retraite.

Allez-vous poursuivre la grève ?

Oui, jusqu'au retrait de la réforme. L'ensemble des syndicats, y compris la CFDT, et des collectifs comme celui des "stylos rouges", appellent à se mobiliser jusqu'au retrait. Il y a plein de lycées qui vont être bloqués dès aujourd'hui. Là, c'est l'ultime provocation face aux salariés et surtout face aux enseignants. Cette réforme des retraites, c'est une déclaration de guerre face aux salariés du public mais aussi du privé. On est face à l'ensemble de la population qui va être touchée très rapidement. Les gens qui doivent partir dans 6, 7, 8 ans à la retraite, dans les faits s'ils ont commencé tôt, ils vont devoir travailler beaucoup plus longtemps, 42, 43, 44 ans…

Ne craignez-vous pas de pénaliser vos élèves avec la poursuite de cette mobilisation ?

La guerre, ce n'est pas nous qui la faisons. Nous, nous défendons l'avenir des générations futures. C'est en ça que le Premier ministre et le président de la République sont complètement irresponsables. Rien n'est fait pour que cela s'arrête. Il suffit de retirer la réforme, de se mettre autour d'une table et surtout de prendre le système tel qu'il existe et de l'améliorer.

Cortège d\'enseignants au sein de la manifestation contre la réforme des retraites, à Metz, le 5 décembre 2019.
Cortège d'enseignants au sein de la manifestation contre la réforme des retraites, à Metz, le 5 décembre 2019. (PASCAL BROCARD / MAXPPP)