Trains à Noël : "Il y a 850 000 billets qui ont été vendus, il y aura 850 000 places", affirme Élisabeth Borne

La ministre de la Transition écologique et solidaire salue les efforts de la SNCF pour Noël. Concernant les transports en commun, elle estime que les Franciliens "pourraient ne pas comprendre pourquoi ils sont dans la galère" car "les trois-quarts" des conducteurs actuels ne sont pas touchés par la réforme.

Élisabeth Borne, la ministre de la Transition écologique et solidaire, le 18 décembre 2019 sur France Inter.
Élisabeth Borne, la ministre de la Transition écologique et solidaire, le 18 décembre 2019 sur France Inter. (FRANCEINFO / RADIO FRANCE)

"La SNCF s'est démenée pour permettre à chacun de partir pour les vacances de Noël", a salué mercredi 18 décembre sur France Inter Élisabeth Borne, ministre de la Transition écologique et solidaire. "Il y a 850 000 billets qui ont été vendus, il y aura 850 000 places", assure-t-elle.

Et la ministre d'expliquer : "Pour certains, ce sera simple, c'est leur train qui circule. Pour d'autres, ils seront replacés automatiquement sur un autre train, et d'autres auront à échanger leur billet, mais vraiment la SNCF est sur le pont pour permettre que tous ceux qui ont pris un billet puisse circuler"

L'objectif, c'est bien que tous ceux qui avaient pris un billet puissent avoir une solution. Je ne vous dis pas qu'elle est idéale.Élisabeth Borne, la ministre de la Transition écologique et solidaireà France Inter

Sur la question des frais, la ministre est moins précise. "Il n'y a pas de frais, ça je peux vous le confirmer, a déclaré Élisabeth Borne avant d'ajouter : Je pense qu'il n'y aura pas de frais du tout. On va demander à la SNCF."

"Plus des trois-quarts des conducteurs" ne sont pas concernés par la réforme

"Les Français pourraient finir par ne pas comprendre pourquoi ils sont dans la galère, alors que, pour 98% des conducteurs de RER, leur situation ne change pas", avance Élisabeth Borne. Concernant les cheminots "tous ceux qui partent à la retraite avant 2037 resteront dans le système actuel. C’est plus des trois-quarts des conducteurs, dont 98% des conducteurs de RER de la RATP", précise la ministre.

La réforme s’applique aux personnes nées en 1985 à la SNCF et à la RATP, 1975 pour le régime général. "Il y a une règle simple. […] Tous ceux qui sont à 17 ans de la retraite, qu’ils soient dans ces régimes spéciaux ou dans le régime général, ne sont pas concernés par la réforme."

Maintien du congé de fin d'activité pour les routiers

Élisabeth Borne a aussi évoqué la situation des routiers, se défendant de conserver un régime spécial, mais "on maintiendra le congé de fin d’activité, qui est un régime conventionnel, mis en place par les partenaires sociaux", et permet de partir à 57 ans.

Interrogée sur les régimes spéciaux, Élisabeth Borne a affirmé que "ces régimes ont eu leur légitimité à une époque. Quand on voit qu’il y a deux retraités pour un actif dans les régimes spéciaux, et qu’il y a 7,5 milliards de financement des autres Français, on voit qu’on est arrivés au bout d’un système."