SNCF : retour sur la grande grève de 1986

Au 1er janvier, la grève contre la réforme des retraites entre dans son 28e jour. À la SNCF, le mouvement égale le record de décembre 1986, l'année où les cheminots s'opposaient à une nouvelle grille des salaires et à la dégradation de leurs conditions de travail.

France 3

Les guichetiers en grève, suivis par les cheminots à partir du 18 décembre 1986 : un grand mouvement social commence, avec une nouveauté. Effectivement, il part de la base : les salariés ne se reconnaissent plus dans leurs centrales syndicales. Les agents demandent de meilleures rémunérations et une amélioration de leurs conditions de travail. Les organisations syndicales sont dépassées ; la grève s'étend dans toute la France, à Lille (Nord), Amiens (Somme), Nancy (Grand Est), Metz (Moselle), Dijon (Côte-d'Or), Nice (Alpes-Maritimes), ou encore Bordeaux (Gironde).

Des similitudes entre la grève de 1986 et celle d'aujourd'hui

Pas de trêve : les Français sont bloqués pendant les fêtes. Les dessertes sont rares. Les passagers ne savent plus comment atteindre leur destination ; certains doivent même dormir dans les trains. Un mouvement qui a des similitudes avec le conflit d'aujourd'hui, selon Bernard Vivier, de l'Institut supérieur du travail. "La base oblige les équipes dirigeantes de ces appareils syndicaux à les suivre : il n'y a pas de mot d'ordre qui puisse prendre", assure-t-il. Les syndicats sauront-ils reprendre la main ? Réponse la semaine prochaine. En 1986, après 28 jours de grève, les salariés n'avaient presque rien obtenu.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des manifestants défilent à Paris, le 19 décembre 2019, au 15e jour de la grève contre la réforme des retraites.
Des manifestants défilent à Paris, le 19 décembre 2019, au 15e jour de la grève contre la réforme des retraites. (JULIEN MATTIA / ANADOLU AGENCY / AFP)