Retraites : l'impossible réforme ?

Thibault Cizeau, sociologue et spécialiste des rapports de force et auteur du livre "Justice et respect, le soulèvement des gilets jaunes", est l'invité du 23h. Il revient sur ce mouvement de grève de grande ampleur.

Le mouvement de grève contre la réforme des retraites est-il une continuité du mouvement des "gilets jaunes" ? "Il y a un an lorsqu'on a commencé, on a recentré des 'gilets jaunes' dans l'Oise, on a vu une grande banderole où il était inscrit 'non à la retraite' et le rapport Delevoye était déjà discuté", explique le sociologue. Mais alors, ce mouvement aurait-il fonctionné sans les "gilets jaunes" ? "Les 'gilets jaunes' ont allumé la brèche. Ils ont montré qu'il était possible d'instaurer un rapport de force, notamment avec le gouvernement, ils ont été très déterminés", continue-t-il.

Vers une grève longue ?

La durée de la mobilisation dépasse celle de 1995. Est-ce une victoire ou une défaite ? "Par rapport à 1995, c'est très différent. Aujourd'hui il y a un mouvement social beaucoup plus fort, il y a des questions de société plus globales. La question des retraites est une petite chose dans un 'grand bordel'. Le mouvement social est plus dense et touche des catégories sociales plus importantes de la population", analyse Thibault Cizeau.
Va-t-on vers un durcissement de la grève ? "On observe que des gens ne sont pas en grève parce qu'ils n'ont pas les moyens, mais ils soutiennent le mouvement. Le mouvement est là et prêt à perdurer. Ils veulent se mobiliser sur la durée, comme les 'gilets jaunes'".

Le JT
Les autres sujets du JT
Un agent de la SNCF marche à Perpignan (Pyrénées-Orientales) contre la réforme des retraites, le 10 décembre 2019.
Un agent de la SNCF marche à Perpignan (Pyrénées-Orientales) contre la réforme des retraites, le 10 décembre 2019. (JC MILHET / HANS LUCAS / AFP)