Réformes des retraites : vers une troisième voie après un dîner annoncé tendu à l'Elysée ?

Le président Macron et la Première ministre Elisabeth Borne réunissent les chefs de la majorité et les ministres concernés par la réforme des retraites, mercredi soir. 

Article rédigé par
Hadrien Bect - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
La Première ministre, Elisabeth Borne, et le président de la République, Emmanuel Macron, le 8 septembre 2022 à Marcoussis (Essonne). (MICHEL EULER / AFP)

Le dîner s'annonce animé. Mais il pourrait se terminer en douceur au dessert. Le camp présidentiel, divisé sur la manière d'engager la réforme des retraites, se réunit mercredi soir à l'Elysée pour décider du sort de la méthode, amendement ou texte dédié. 

>> Réforme des retraites : et si elle ne rapportait pas autant que prévu ?

Emmanuel Macron convie mercredi 28 septembre à l'Elysée, Elisabeth Borne, les ministres concernés, ainsi que les dirigeants de la majorité, dont François Bayrou qui s'oppose farouchement à un "passage en force" via le 49.3. Seront réunis autour de la table les ministres concernés, comme Bruno Le Maire (Economie), Olivier Dussopt (Travail), ou encore Franck Riester (Relations avec le Parlement), ainsi que les chefs de groupes parlementaires de la majorité, Aurore Bergé (Renaissance), Jean-Paul Mattei (MoDem) et Laurent Marcangeli (Horizons), mais aussi les chefs des partis alliés, Stéphane Séjourné (Renaissance), François Bayrou (MoDem) et Edouard Philippe (Horizons).

Face à une majorité divisée, l'enjeu est maintenant de trouver un point d'atterrissage... et ça pourrait bien être une troisième voie. Ainsi, si la majorité s'est écharpée sur deux options, Emmanuel Macron en préparait une troisième : une réforme des retraites dans un budget rectificatif de la Sécurité sociale. En clair, un nouveau texte. Et plus question d'inclure un amendement dans la loi présentée le mois prochain au Parlement. François Bayrou, notamment, n'en voulait pas.

La réforme adoptée d'ici la fin de l'année ?

Reste que s'il opte pour cette option, le chef de l'Etat montrera à son allié qu'il l'a entendu, tout en permettant d'adopter la réforme rapidement, avec idéalement un texte avant la fin de l'année, selon les informations de franceinfo. Le temps d'examen d'un budget est contraint et, surtout, le gouvernement pourra le faire adopter par "49.3", c'est-à-dire sans vote. Un recul de quelques mois, donc, le temps de "simuler un simulacre de concertation", s'agace un conseiller.

Une troisième voie, synonyme aussi pour Emmanuel Macron, de dépassionner un débat politique brûlant dans sa majorité en le rendant furieusement technique. La décision finale sera rendue publique "d'ici la fin de la semaine", a promis Elisabeth Borne.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Réforme des retraites

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.