Réforme des retraites : “Rien n’est exclu, mais pour l'heure rien n'est décidé”, confirme Laurent Pietraszewski au Sénat

Publié
Durée de la vidéo : 4 min.
Article rédigé par

Lors des questions au gouvernement du Sénat ce mercredi, Laurent Pietraszewski a été interpellé sur la réforme des retraites et la ministre de la Transition écologique, Barbara Pompili, a quant à elle répondu à une question au sujet de la réforme des APL.

Interpellé lors des questions au gouvernement du Sénat par le sénateur LR René-Paul Savary au sujet de la réforme des retraites, le secrétaire d’État chargé des Retraites Laurent Pietraszewski a réassuré de la nécessité “transformation profonde (...)  pour assurer l'équité et la pérennité du système de retraite par répartition.”

“Le rapport du Conseil d’orientation des retraites (Cor) est particulièrement édifiant : quels que soient les scénarios, l'équilibre peut éventuellement, hypothétiquement, être atteint, mais au détriment du niveau des pensions”, relève le sénateur.

Le “Monsieur retraites” du gouvernement ne conteste pas un “système durablement en déficit avec, pour 2020, 18 milliards d'euros corrigés avec 5 milliards d’abondement”, mais il plaide pour “un système plus pérenne financièrement” et souligne “l’importance de la solidarité”. Avant de conclure, en reprenant les mots du Président : “Rien n’est exclu, mais pour l'heure rien n'est décidé”.

Baisse des APL : "Les chiffres qui circulent dans la presse correspondent à des données provisoires", se défend Barbara Pompili

Les jeunes durement affectés par la réforme des APL, c’est la conclusion d’une étude de l’Union professionnelle du logement accompagné (Unafo) publiée lundi. Selon eux, la part des allocataires de l’APL est passée de 53 % à 48 % entre avril 2020 et avril 2021. Le montant moyen de l’aide passant de 265 euros à 247 euros par mois, soit une baisse de 7 %.

La sénatrice socialiste, Viviane Artigalas, a interpellé la ministre de la Transition écologique sur le sujet, ce mercredi, dénonçant une réforme instaurée sans étude d’impact et dont le but reste de faire économiser de l’argent à l’Etat.

"Il n’existe pas à ce stade de données consolidées sur les impacts de la réforme y compris sur les droits versés en janvier, les chiffres qui circulent actuellement dans la presse correspondent à des données provisoires", a défendu Barbara Pompili en assurant que le ministère du Logement communiquera des chiffres en juillet.

Selon la ministre, "le principe même de la réforme du calcul des APL en temps réel est de rendre notre système de protection sociale plus juste".

"Les chiffres sont têtus", a rétorqué la sénatrice socialiste. Comme le soulignait Le Monde ce matin, l’étude de l’Unafo s’appuie notamment sur les données du ministère de la Santé et des Solidarités dont les chiffres attestaient d'une diminution forte (8,4 %) du nombre de bénéficiaires d’une aide au logement, fin mars. 

"Si nous avons des chiffres qui montrent une baisse des APL, ça veut dire surtout que les dispositifs de soutien que nous avons mis en place, notamment pendant la crise, fonctionnent", fait valoir également Barbara Pompili.

Après la gifle infligée à Emmanuel Macron mardi dans la Drôme, Gérard Larcher a également pris solennellement la parole avant les questions d’actualité au gouvernement (retrouvez l'article sur publicsenat.fr).

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.