Réforme des retraites : quelles sont les pistes d'un possible compromis ?

La CFDT et des personnalités de la majorité ont mis sur la table des idées afin de parvenir à un compromis sur la réforme des retraites. Le gouvernement semble les accueillir favorablement.

Edouard Philippe, le 6 janvier 2020 sur le perron de l\'Elysée, pour le premier Conseil des ministres. 
Edouard Philippe, le 6 janvier 2020 sur le perron de l'Elysée, pour le premier Conseil des ministres.  (LUDOVIC MARIN / AFP)

"Jamais le compromis ne m'a paru aussi proche." Invité sur France Inter, lundi 6 janvier, Bruno Le Maire, le ministre de l'Economie, s'est voulu optimiste sur une sortie de crise concernant le projet de réforme des retraites voulu par le gouvernement et contesté par les syndicats. Franceinfo détaille les pistes envisagées alors que la contestation est entrée dans son deuxième mois.

Organiser une conférence sur le financement
(et débattre de l'âge pivot)

Le secrétaire général de la CFDT, Laurent Berger, a proposé, dimanche 5 janvier sur France 2de sortir de l'impasse en écartant du projet gouvernemental le volet financier, qui serait renvoyé à une grande "conférence" étalée sur plusieurs mois, jusqu'en juillet ou en septembre.

"Banco pour cette conférence !" lui a répondu Bruno Le Maire, même s'il a estimé que l'âge pivot (l'élément clé pour assurer l'équilibre financier, selon le gouvernement) est "une bonne solution", alors qu'Edouard Philippe ouvrira mardi une séance de discussions avec les partenaires sociaux pour sortir du conflit sur la réforme des retraites. De son côté, Matignon a " pris note avec intérêt", mais l’entourage d’Edouard Philippe rappelle que le président de la République veut un compromis rapide. Or, une telle conférence serait organisée seulement d'ici plusieurs semaines voire plusieurs mois.

Limiter le malus en cas de départ à la retraite avant 64 ans

C'est la proposition faite lundi 6 janvier dans Le Parisien par Richard Ferrand, président de l'Assemblée nationale, pour convaincre la CFDT sur la question de l'âge pivot. Car le syndicat juge cette mesure "injuste et inutile". Selon Richard Ferrand, une décote seulement temporaire pour les personnes partant avant l'âge pivot, pourrait être "une source d'inspiration" pour parvenir à un compromis. Ce système est déjà utilisé dans le cadre des retraites complémentaires, comme à l'Agirc-Arrco. "Ce n'est rien d'autre qu'un système à points avec un âge pivot et une décote, plus forte d'ailleurs que celle proposée par le gouvernement puisqu'elle est de 10%. Mais une décote de trois ans, donc temporaire !" plaide-t-il. Cette proposition va "évidemment être étudiée", a indiqué l’entourage d’Edouard Philippe à franceinfo.

Moduler l'âge pivot selon la pénibilité 

De leurs côtés, une vingtaine de députés, dont les élus LREM Jean-François Cesarini, Matthieu Orphelin, Delphine Bagarry et Paula Forteza, ont demandé, dans une lettre ouverte au Premier ministre publiée dans le JDD, une modulation de l'âge d'équilibre suivant la pénibilité. "La réforme des retraites doit être une réforme sociétale et non budgétaire. Elle est nécessaire et juste car elle réduit les inégalités et supprime des injustices", écrivent-ils. Selon eux, "la fin des régimes spéciaux ne signe pas la fin des différences entre les personnes" car "arrivé à 60 ans, un cadre peut espérer vivre jusqu'à 75 ans en bonne santé, contre 65 ans pour un ouvrier".

Il faudrait donc, selon eux, "poser comme principe que les durées de cotisation soient modulées en fonction de seulement deux critères : le risque quotidien et la pénibilité, mesurée à l'aune de l'espérance de vie en bonne santé".

Depuis 2017, quatre critères de pénibilité ne sont plus pris en compte : le port de charges lourdes, les postures pénibles, les vibrations mécaniques, et l'exposition à des agents chimiques dangereux. Avec la réforme des retraites, les syndicats réformistes, comme la CFDT de Laurent Berger, demandent le retour de ces critères. Une option balayée dimanche 5 janvier par Laurent Pietraszewski, le secrétaire d'État chargé de la réforme, dans les colonnes du Parisien. Si des concessions sont accordées à certaines professions (pilotes, routiers, marins ou encore les danseurs de l’Opéra), le secrétaire d'Etat martèle que la promesse d'universalité du futur régime sera "tenue".

La sélection de franceinfo sur la réforme des retraites

• Infographies. Découvrez l'ampleur de la mobilisation à la SNCF, semaine après semaine

• Analyse. Pourquoi la semaine du 6 janvier s'annonce décisive pour le gouvernement

• Calendrier. Réforme des retraites : quelles sont les dates-clés du mois de janvier ?

• Décryptage. Quatre questions sur l'appel au blocage de toutes les installations pétrolières du pays