Réforme des retraites : quelles sont les marges de manœuvre du gouvernement ?

Le gouvernement doit annoncer mercredi 11 décembre les détails de la future réforme des retraites. Des concessions pourraient être faites.

FRANCE 2

Pour désamorcer le conflit et tendre une main vers les syndicats pour que la grève de ces derniers jours s'arrête, quelles concessions peut faire le gouvernement ? L'exécutif peut reculer l'âge de mise en place de la réforme. Ainsi, ce serait la génération 1973, voire 1978, qui serait concernée la première par la réforme. Pour les régimes spéciaux, une transition plus longue encore pourrait être mise en place. Certains réclament même la "clause du grand-père", pour que seuls les nouveaux entrants sur le marché du travail ne soient concernés. "Nous n'avons pas l'habitude de sacrifier les générations futures, en ce qui concerne la CGT. Ce n'est pas notre revendication", a déclaré Laurent Brun, secrétaire général CGT des cheminots.

Plus de revalorisations

Autre concession possible, des aménagements de carrière pour les perdants de la réforme comme les enseignants, dont le revenu va augmenter selon le gouvernement qui prévoit une enveloppe de 400 millions à 500 millions d'euros. Certains syndicats demandent des revalorisations plus larges : "On demande qu'il y ait des revalorisations pour ceux qui seront impactés durablement par cette réforme. Il y a les enseignants, mais aussi des fonctionnaires de catégorie C de la territoriale", propose Laurent Escure, secrétaire général de l'Unsa. Sur la question de l'allongement de la durée de cotisation, certains membres du gouvernement ne sont pas contre. Mais rien n'est fixé.

Le JT
Les autres sujets du JT
Laurent Brun répond à la presse, à Paris, le 3 mai 2018. 
Laurent Brun répond à la presse, à Paris, le 3 mai 2018.  (JACQUES DEMARTHON / AFP)