Réforme des retraites : malgré le recours au 49.3, les opposants n'ont pas abdiqué

Le Premier ministre va utiliser le 49.3 pour valider le projet de réforme des retraites. Édouard Philippe a invité les partenaires sociaux à faire évoluer le texte, qui pourrait aussi être modifié par le Sénat.

franceinfo

Dimanche 1er mars, les opposants à la réforme des retraites se sont mobilisés au lendemain du recours du Premier ministre à l'article 49.3 de la Constitution pour faire passer le texte à l'Assemblée nationale. Dans le centre de Nice (Alpes-Maritimes), ils étaient plusieurs centaines à manifester contre cette annonce. Au Havre (Seine-Maritime), la permanence de campagne d'Édouard Philippe, candidat aux municipales, a été vandalisée.

Motions de censure débattues mardi

Soucieux de calmer le jeu, le chef du gouvernement a envoyé une lettre aux organisations syndicales, les invitant à continuer le dialogue. "La fin des débats en première lecture à l'Assemblée nationale ne constitue pas un aboutissement. Nous pouvons, nous devons faire encore évoluer le texte du projet de loi", écrit Édouard Philippe. Mais l'intersyndicale menée par le CGT et FO se réunit lundi 2 mars pour trouver une riposte.

À L'Assemblée nationale, deux motions de censure ont été déposées, une par les Républicains, une autre par l'alliance PS-PC et LFI, dont le leader Jean-Luc Mélenchon votera les deux. Elles seront débattues mardi. Le Sénat examinera alors le texte et compte le modifier. "On attend des sénateurs qu'ils écrivent un vrai projet de réforme de droite juste socialement et efficace", a affirmé le député LR Damien Abad sur France 3 dimanche midi. La discussion au Sénat pourrait durer plusieurs semaines. Le gouvernement espère une adoption définitive de la réforme avant l'été.

Le JT
Les autres sujets du JT