Réforme des retraites : les danseurs et les musiciens de l'Opéra de Paris en grève, s'estimant "carrément défavorisés"

Les danseurs et musiciens de l'Opéra de Paris bénéficient aujourd'hui d'un âge limite d'exercice, remis en question par la réforme des retraites présentée par le Premier ministre.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
L'Opéra de Paris (illustration). (PATRICK KOVARIK / AFP)

Les danseurs et les musiciens de l'Opéra de Paris, inquiets de la réforme des retraites, sont en grève, avec "un spectacle par jour annulé" depuis une semaine en moyenne, a indiqué sur franceinfo jeudi 12 décembre Jean-Charles Monciero, délégué syndical Force ouvrière. L'Opéra de Paris a ainsi perdu 2,5 millions d'euros de recette en une semaine.

>> Perturbations, manifestations, réactions, trafic… Suivez en direct la grève du 12 décembre

"Ce sont des carrières très courtes, a expliqué Jean-Charles Monciero, lui-même musicien. Nous avons des âges limites, qui sont à 42 ans pour les danseurs, 60 ans pour les musiciens. Tous ces âges limites sont remis en question par la nouvelle réforme et les danseurs ne se voient pas continuer des carrières avec le même niveau d'excellence, au-delà de cet âge-là."

Nous pensons que nous ne sommes pas vraiment adaptables au futur régime.

Jean-Charles Monciero

à franceinfo

"La plupart des danseurs de l'Opéra font des écoles de danse, ils commencent à 5 ou 6 ans jusqu'à 42 ans. Et ils partent avec une demi-pension." Avec ce nouveau régime de retraite, "nous serons carrément défavorisés", a affirmé Jean-Charles Monciero.

Par ailleurs, les artistes de l'Opéra de Paris n'entrent pas, selon lui, "dans les critères de pénibilité de la loi, alors que nous avons beaucoup d'accidents, beaucoup de maladies, articulaires, musculaires", a rappelé Jean-Charles Monciero. "La caisse de retraite de l'Opéra de Paris répond à ce problème-là. Nous avons un filet de sécurité grâce à ça. Si nous rentrons dans le droit commun, nous n'avons plus du tout de filet de sécurité. Si nous nous retrouvons totalement dans un droit commun, je ne vois vraiment pas comment on peut créer une exception", se désespère-t-il.

"Nous sommes en train d'organiser" une grève dure. "L'orchestre est très très motivé, le ballet l'est aussi, le chœur aussi et la technique n'est pas en reste", affirme le délégué syndical Force Ouvrière à l'Opéra de Paris.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.