Réforme des retraites : les avocats appelés à une "grève dure" à compter du 6 janvier

Le Conseil national des barreaux estime que le gouvernement "reste sourd à la situation critique des avocats et n'entend que les professions susceptibles de bloquer le pays".

Des avocats défilent dans les rues de Toulouse contre la réforme des retraites, le 17 décembre 2019.
Des avocats défilent dans les rues de Toulouse contre la réforme des retraites, le 17 décembre 2019. (VALENTIN BELLEVILLE / HANS LUCAS / AFP)

Une "grève dure" pour "faire échec au projet porté par le gouvernement" concernant la réforme des retraites. Le Conseil national des barreaux (CNB) indique dans un communiqué n'avoir "pas d'autre choix que de durcir le cadre de la grève et des actions de blocage qui se dérouleront à partir du lundi 6 janvier". Le CNB justifie cette décision en "constatant que le gouvernement reste sourd à la situation critique des avocats et qu'il n'entend que les professions susceptibles de bloquer le pays".

La grève, qui commencera le lundi 6 janvier et durera une semaine, pourra être reconduite, prévient le CNB. Chaque barreau décidera des modalités d'action de cette grève, mais le CNB appelle à l'arrêt de toutes les désignations d'avocats commis d'office et en matière d'aide juridictionnelle, ainsi qu'à la cessation de toute l'activité judiciaire.

Les 70 000 avocats de France sont ainsi appelés à demander systématiquement des renvois pour toutes les audiences civiles, commerciales, prud'homales, administratives et pénales, y compris les audiences devant la cour d'assises.