Réforme des retraites : la mise au point de l'exécutif sur l'âge pivot

Sibeth Ndiaye assure que l'idée de l'âge pivot à 64 ans n'est pas enterrée. La sortie de la porte-parole du gouvernement contraste avec les propos tenus par Emmanuel Macron lundi 26 août. 

C'est ce qui ressemble à un rétropédalage pour l'exécutif. Emmanuel Macron avait déclaré le 26 août sur France 2 vouloir trouver un accord sur la durée de cotisation plutôt que sur l'âge pivot. La porte-parole du gouvernement, Sibeth Ndiaye, a déclaré mercredi 28 mai que l'idée d'un âge fixé à 64 ans pour toucher sa retraite n'était pas abandonnée."En l'espace de trois jours, ces deux messages peuvent paraitre contradictoires. Lundi, il (Emmanuel Macron) adresse un message à la CFDT en relançant la piste de la durée de cotisation. Aujourd'hui en remettant l'âge pivot dans le débat, il s'adresse directement au Medef, car pour Geoffroy Roux de Bézieux le patron des patrons, la reforme ne peut faire l'économie d'un relèvement de l'âge de départ", détaille David Boéri.

"Tout mettre sur la table"

"C'est le principe même de la négociation voulue par Emmanuel Macron (...) tout mettre sur la table, d'abord pour mieux comprendre puis pour faire accepter sa réforme. Jean-Paul Delevoye qui gère ce dossier depuis bientôt deux ans est d'ailleurs sur la même ligne. Les deux pistes étaient dans son rapport. Il est donc logique qu'elles soient abordées toutes les deux dans la négociation", conclut le journaliste.

Le JT
Les autres sujets du JT
Les mots \"retraite\" et \"gouvernement\" découpés dans des journaux.
Les mots "retraite" et "gouvernement" découpés dans des journaux. (JOEL SAGET / AFP)