Cet article date de plus d'un an.

Réforme des retraites : la Défenseure des droits alerte sur les interpellations préventives durant les mobilisations

Elle met en garde sur une pratique qui "peut induire un risque de recourir à des mesures privatives de liberté de manière disproportionnée et de favoriser les tensions".
Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min
Des forces de l'ordre place de la République, à Paris, pour contrôler la mobilisation spontanée contre la réforme des retraites, le 21 mars 2023. (VIRGINIE HAFFNER / HANS LUCAS / AFP)

Une mise en garde. Alors que les soirées de manifestation contre l'adoption de la réforme des retraites se succèdent à Paris et dans plusieurs villes de France, la Défenseure des droits a alerté mardi 21 mars sur les conséquences d'interpellations préventives. Cette pratique peut induire "un risque de recourir à des mesures privatives de liberté de manière disproportionnée et de favoriser les tensions", souligne dans un communiqué Claire Hédon.

>> Suivez en direct l'actualité autour de la réforme des retraites

La Défenseure des droits se dit "préoccupée par les vidéos circulant sur les réseaux sociaux, de nombreux articles (...), témoignages et saisines reçus par l'institution sur de possibles manquements déontologiques dans le maintien de l'ordre au cours des événements des jours derniers". Claire Hédon souligne "que le respect des règles de déontologie est essentiel pour apaiser les tensions et favoriser la confiance entre la police et la population". La sixième nuit de mobilisation a engendré 81 interpellations et 109 verbalisations à Paris.

Selon le dernier bilan consolidé du parquet de Paris, 425 personnes ont été placées en garde à vue lors des trois premières soirées de manifestations spontanées, de jeudi à samedi, et seules 52 ont fait l'objet de poursuites à l'issue. Sur franceinfo, Laurent Nunez, le préfet de police, a démenti l'existence d'arrestations préventives. "Ce sont des groupes d'individus qui ont été interpellés, soit du chef de constitution de groupement en vue de commettre des violences, soit parce que c'étaient des groupes d’incendiaires", a-t-il assuré.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.