Réforme des retraites : l'opposition ne fait pas de cadeau au nouveau ministre de la Santé

Le dossier des retraites est désormais pris en main par le nouveau ministre de la Santé, Olivier Véran. Depuis lundi 17 février, le texte est examiné à l'Assemblée nationale, où l'extrême gauche n'a pas rendu les armes.

franceinfo

Olivier Véran savait déjà que le combat pour la réforme des retraites serait rude. Après la passation de pouvoir lundi 17 février, le nouveau ministre de la Santé s'est rendu à l'Assemblée nationale face aux parlementaires. Il n'a fallu que quelques minutes pour essuyer les premières attaques de La France insoumise. Au total, les députés devront étudier près de 42 000 amendements, dont une majorité déposée par le parti de Jean-Luc Mélenchon. "Nous tiendrons la tranchée aussi longtemps qu'il le faudra et jusqu'à la victoire", a-t-il lancé à l'Assemblée.

Les communistes réclament un référendum

Mais le remplacement inattendu d'Agnès Buzyn par Olivier Véran donne aux différents groupes un argument supplémentaire pour s'opposer à la réforme. En dehors de l'hémicycle, les communistes ont affiché leur revendication sur des t-shirts : ils réclament un référendum. Motion finalement rejetée par 160 voix contre 70. Le gouvernement espère avoir terminé les débats le 3 mars. De longues nuits attendent donc le nouveau ministre de la Santé.

Le JT
Les autres sujets du JT
Olivier Véran, le 20 décembre 2018, à l\'Assemblée nationale.
Olivier Véran, le 20 décembre 2018, à l'Assemblée nationale. (ALAIN JOCARD / AFP)