Cet article date de plus d'un an.

Réforme des retraites : François Ruffin fustige "un monde où il y a ceux qui se gavent et ceux en bas qui sont rationnés en permanence"

Le député LFI de la Somme estime que les salariés "sont grugés", "grugés par l'inflation et par des salaires qui ne sont pas indexés sur l'inflation". Il les appelle à manifester le 19 janvier.
Article rédigé par franceinfo
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min
François Ruffin, député LFI de la Somme lors d'un meeting de son parti sur la réforme des retraites, à Paris, le 10 janvier 2023. (CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP)

"Maintenant, il s'agit de savoir si on veut être dans un monde où il y a ceux qui se gavent et ceux en bas qui sont rationnés en permanence", a déclaré mercredi 11 janvier sur France Bleu Picardie le député LFI de la Somme François Ruffin, à propos de la réforme des retraites et du recul de l'âge de départ à 64 ans. Il appelle à un "sursaut d'orgueil".

>>> Réforme des retraites : comment les syndicats comptent riposter pour forcer le gouvernement à reculer

Le gouvernement envisageait dans un premier temps de reculer l'âge de départ à 65 ans, une promesse présidentielle d'Emmanuel Macron. La Première ministre Elisabeth Borne a confirmé finalement mardi son souhait de reporter l'âge de départ en retraite de 62 à 64 ans. "Ce sera deux ans de plus pour les auxiliaires de vie sociale, deux ans de plus pour les agents d'entretien, deux ans de plus pour les caristes, fustige François Ruffin, pour toutes celles et tous ceux dont le président Macron disait pendant la crise Covid : il faudra se rappeler que le pays tout entier repose aujourd'hui sur ces femmes et ces hommes que nos économies reconnaissent et rémunèrent si mal".

"La soixantaine, c'est déjà bien dur"

Le gouvernement devrait néanmoins garder le dispositif carrières longues et les salariés qui ont exercé un métier pénible pourront partir plus tôt. Mais François Ruffin estime que les salariés "sont grugés" : "Ils sont grugés par l'inflation et par des salaires qui ne sont pas indexés sur l'inflation. C'est leur première peine".

"La deuxième peine, poursuit le député LFI, c'est qu'on leur dit, vous aurez deux années supplémentaires à faire, vous aurez 43 ou 44 années à faire. Ce n'est pas comme le banquier de l'Elysée ou les conseillers de chez McKinsey. Ce sont des gens pour qui, arrivés à la soixantaine, c'est déjà bien dur. Maintenant, il s'agit de savoir si on veut être dans un monde où il y a ceux qui se gavent et ceux en bas qui sont rationnés en permanence et qui voient le moment où ils vont pouvoir s'occuper de leurs petits-enfants, prendre des cours de zumba, aller faire de la chorale ou aller à la pêche, reculer en permanence".

Mardi soir, la gauche a présenté dans un meeting à Paris un front uni contre la réforme des retraites. François Ruffin qui avait déjà appelé à réveiller "la joie et l'orgueil" contre la "résignation". Les syndicats appellent à manifester le 19 janvier. La France insoumise organise une autre manifestation deux jours plus tard.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.