Réforme des retraites : femmes oubliées, cadres avantagés, effets non évalués... Plusieurs économistes étrillent l'étude d'impact du gouvernement

Parmi ces spécialistes figure le directeur de l'Institut des politiques publiques Antoine Bozio, qui a pourtant inspiré en partie la réforme devant conduire au "système universel à points".

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 4 min.
Une agence de l'"assurance-retraite" dans la ville du Crès (Hérault), le 22 mars 2019. (Photo d'illustration) (PASCAL GUYOT / AFP)

Des critiques au vitriol. Dans Le Monde (article payant) daté du mercredi 5 février, plusieurs économistes jugent insuffisante l'étude d'impact de plus d'un millier de pages qui a été publiée le 24 janvier sur la réforme des retraites. Fait notable, le directeur de l'Institut des politiques publiques Antoine Bozio, pourtant favorable à un "système universel à points" et inspirateur partiel du projet de loi, figure parmi eux.

Ces spécialistes estiment notamment que les effets redistributifs de la réforme et ses conséquences budgétaires ne sont pas étudiés assez précisément. Ils soulignent aussi que l'impact sur les femmes passe largement à la trappe. Passage en revue.

Les femmes, grandes oubliées 

C'était l'un des arguments-phares du Premier ministre Edouard Philippe. "Les femmes seront les grandes gagnantes du système universel de retraites", avait-il proclamé le 11 décembre 2019 devant le Conseil économique, social et environnemental. Or "la publication de l'étude d'impact vient sérieusement mettre en doute cette thèse", s'étonne dans Le Monde l'économiste Mathilde Guergoat-Larivière, maître de conférences au Conservatoire national des arts et métiers (Cnam). Car "les femmes ont tout bonnement disparu des cas types présentés dans l'étude finale ! De même que leurs éventuels enfants…"

En effet, constate-t-elle, "les six cas types présentés pour les salariés du privé correspondent ainsi à des trajectoires typiquement… masculines : cinq carrières complètes et une 'carrière heurtée' caractérisée par un chômage de longue durée à partir de 42 ans". Elle juge "plus problématique" encore le fait que "le calcul des pensions et des taux de remplacement pour ces six cas types" soit "réalisé uniquement pour des personnes sans enfants". " Ce qui laisse dubitatif quand on sait qu'en France près de neuf femmes sur dix en ont et que les carrières féminines s'en trouvent précisément impactées", ajoute-t-elle.

La même carence peut être constatée sur le simulateur de parcours type mis en ligne à l'initiative du gouvernement. L'outil ne permet pas d'évaluer la façon dont les enfants sont pris en compte pour le calcul de la pension des mères dans le système universel à points.

Les cadres grands gagnants... contrairement à la promesse d'une réforme "redistributive"

C'est une autre promesse de l'exécutif : le futur système universel à points sera "plus juste". A cet égard, l'étude des cas types n'est pas probante, estime l'économiste Michaël Zemmour, maître de conférences à l'Université Paris 1. Car "les cadres supérieurs gagnent à la réforme des retraites, quel que soit l'âge de départ", remarque-t-il dans sa tribune publiée dans Le Monde. Et ils sont seuls dans ce cas.

Pour sa démonstration, l'universitaire s'appuie sur les cas types de salariés du privé présentés dans l'étude d'impact (qui commencent tous, par hypothèse, à travailler à 22 ans). "Pour la génération 1975, le profil 'cadre supérieur' gagne à la réforme par rapport à la législation actuelle, quel que soit l'âge de départ : le gain de pension est compris entre 2% pour un départ à 62 ans et 15% pour un départ à 67 ans", écrit-il. Or, "pour la même génération, le profil 'employé non cadre' affiche une baisse de pension par rapport au régime actuel de 3% pour un départ à 62 ans et un gain inférieur à 5% pour un départ à 67 ans". Il juge ce résultat "en contradiction avec l'argument selon lequel la réforme aurait pour effet de réduire les inégalités".

Les lacunes de l'étude ne permettent pas "un débat" sur "des faits établis"

Enfin, il manque à cette étude des "analyses clés" qui permettraient un "débat serein", estime, dans une troisième tribune publiée dans Le Monde, l'économiste Antoine Bozio, directeur de l'Institut des politiques publiques. Ce sont ses travaux sur les systèmes de retraite par points qui ont été à l'origine de la proposition de réforme des retraites inscrite dans le programme de la campagne présidentielle d’Emmanuel Macron. "C'est dommage pour la réforme, mais surtout pour notre démocratie", tacle-t-il. Principal reproche : "Malgré un document en apparence assez fourni (1 024 pages), seulement 93 pages sont consacrées à la véritable étude d'impact". Le reste, selon lui, est surtout consacré à présenter des cas types, ce qui a une "utilité proche de zéro" pour comprendre les effets de la réforme. En effet, il est impossible en l'état de savoir si ces cas types sont représentatifs ou non. 

Il pointe en particulier deux questions auxquelles ne répond pas, selon lui, l'étude d'impact : quelles sont "les implications budgétaires de la réforme ?" et "quels sont les effets redistributifs de la réforme ?"  En clair : est-elle faite pour les hauts ou les bas salaires ? "L'étude d'impact est pour le moins succincte sur cet aspect majeur", juge-t-il.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.