Cet article date de plus d'un an.

Réforme des retraites : Elisabeth Borne annonce ne plus vouloir recourir au 49.3 en dehors des textes budgétaires

La Première ministre a également exprimé son souhait de "mettre de l'apaisement" avec les syndicats en se disant à leur "disposition" pour les rencontrer, dans un entretien à l'AFP.
Article rédigé par franceinfo
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
La Première ministre Elisabeth Borne, le 25 mars 2023, à Paris. (ALAIN JOCARD / AFP)

"La méthode que je fixe pour l'avenir, c'est : pas de 49.3 en dehors des textes financiers", a affirmé Elisabeth Borne dimanche 26 mars, dans un entretien à l'AFP. "Depuis le début de la législature, 11 projets de loi ont été définitivement adoptés et 12 propositions de loi. Il y a eu un recours au 49.3 sur trois textes uniquement" qui sont les textes budgétaires pour 2023, dont fait partie la réforme des retraites, a rappelé la Première ministre. 

Elisabeth Borne a également exprimé son souhait de "mettre de l'apaisement" avec les syndicats en se disant à leur "disposition" pour les rencontrer sur d'autres chantiers que celui des retraites. 

"Il faut qu'on trouve le bon chemin : est-ce que ce sont des rencontres bilatérales, une intersyndicale ?"

Elisabeth Borne, Première ministre

à l'AFP

La cheffe du gouvernement souhaite "reprendre le travail sur tous ces chantiers" de la pénibilité, des reconversions professionnelles, du rapport au travail... Elle recevra dans la semaine du 3 avril les groupes parlementaires et les partis politiques, y compris de l'opposition, ainsi que les représentants des collectivités, dans le but "d'apaiser le pays" et de "dialoguer avec tous les acteurs sur la méthode"

Sous les huées des oppositions, Elisabeth Borne a engagé, le 16 mars, la responsabilité de son gouvernement sur la réforme des retraites. L'exécutif a choisi comme véhicule pour son texte un projet de loi de financement rectificative de la sécurité sociale (PLFRSS), considéré comme un texte budgétaire. L'article 49.3 de la Constitution permet l'adoption d'un texte sans vote, mais expose le gouvernement à une motion de censure. Deux motions ont été rejetées sur le texte des retraites, dont l'une à 9 voix près.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.