"Possible baisse des pensions", "nivellement des droits par le bas"... La grande consultation sur la réforme des retraites révèle des "inquiétudes"

En cinq mois, plus de 35 000 contributions et plus de 200 000 visiteurs ont été recensées sur la plateforme internet dédiée.

plus de 35 000 contributions et plus de 200 000 visiteurs ont été recensées sur la plateforme internet dédiée à la réforme des retraites.
plus de 35 000 contributions et plus de 200 000 visiteurs ont été recensées sur la plateforme internet dédiée à la réforme des retraites. (JOEL SAGET / AFP)

Des craintes autour de la réforme des retraites . La grande consultation citoyenne lancée fin mai par le gouvernement sur sa future réforme des retraites a mis au jour les "inquiétudes" de "beaucoup de participants", notamment sur le "niveau des pensions", selon un bilan présenté jeudi 13 décembre au ministère des Solidarités.

Au cœur de cette réforme : un système universel de retraites au lieu des 42 régimes existants, où un euro cotisé donnerait les mêmes droits, quel que soit le statut du cotisant. Des principes "ne lèvent pas tous les doutes chez les participants", selon le compte-rendu du gouvernement.

35 000 contributions en cinq mois

"Possible baisse des pensions", "nivellement des droits par le bas" ou encore "impossibilité à aller jusqu'au bout des objectifs" font partie des craintes identifiées et ce, même "si les participants sont très favorables au projet de simplification et d'universalité du système".

En cinq mois, plus de 35 000 contributions et plus de 200 000 visiteurs ont été recensées sur la plateforme internet dédiée. Le Haut-Commissaire à la réforme, Jean-Paul Delevoye, a par ailleurs convié quelque 800 citoyens à une série d'ateliers organisés en région cet automne.

"Le sujet le plus clivant" concerne "l'harmonisation de tous les régimes versus la prise en compte des spécificités (pénibilité, horaires de nuit, etc.)". Jean-Paul Delevoye a entamé en octobre une deuxième phase de négociations avec les partenaires sociaux sur le futur régime pour parvenir à un projet de loi courant 2019.