Cet article date de plus d'un an.

Manifestations : des dizaines de blessés

Publié
Durée de la vidéo : 2 min
11 enquêtes de l’IGPN ont été lancées afin d’établir les circonstances d’actions menées par les forces de l’ordre. Dans le même temps, plus de 440 policiers et gendarmes ont été blessés lors des incidents du 23 mars.
Manifestations : des dizaines de blessés 11 enquêtes de l’IGPN ont été lancées afin d’établir les circonstances d’actions menées par les forces de l’ordre. Dans le même temps, plus de 440 policiers et gendarmes ont été blessés lors des incidents du 23 mars. (FRANCEINFO)
Article rédigé par franceinfo - N.Perez, T.Paga, C.Morand, M.Beaudouin
France Télévisions
11 enquêtes de l’IGPN ont été lancées afin d’établir les circonstances d’actions menées par les forces de l’ordre. Dans le même temps, plus de 440 policiers et gendarmes ont été blessés lors des incidents du 23 mars.

À Paris, un policier s’est retrouvé au sol, sérieusement blessé à la tête par un projectile. À Rouen (Seine-Maritime), une manifestante, employée de l’Éducation nationale, a été grièvement touchée à la main. Des images qui illustrent la violence vue hier, jeudi 23 mars, dans les manifestations contre la réforme des retraites. Sur une vidéo, on voit une compagnie de CRS sous une pluie de projectiles. Sur les 70 hommes, 31 ont été blessés.

"On était dans un contexte de guérilla urbaine"

Autre symbole, le commissariat de Lorient (Morbihan) a été pris pour cible par des casseurs. Ils ont allumé des feux, brisé des vitres et ont tenté de forcer les portes. Un policier a dû se retrancher à l’intérieur avec ses collègues. "On n’était plus dans un contexte de manifestation, on était dans un contexte de guérilla urbaine en fait. On s’est fait assiéger par des gens qui voulaient en découdre avec nous", assure Ludovic Baille, du syndicat Alliance police nationale 56. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.