Cet article date de plus d'un an.

La France va continuer les "réformes structurantes" après la baisse de sa note par l'agence Fitch, assure Bruno Le Maire

Fitch a abaissé vendredi soir la note financière de la France, notamment à cause des fortes tensions sociales autour de la réforme des retraites.
Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Le ministre des Finances, Bruno Le Maire, le 29 avril 2023 à Stockholm (Suède), lors d'une réunion avec ses homologues de l'Union européenne. (CAISA RASMUSSEN / TT NEWS AGENCY / AFP)

Le ministre des Finances, Bruno Le Maire, a assuré samedi 29 avril à l'AFP que Paris allait poursuivre la mise en œuvre de réformes, au lendemain de l'abaissement de la note financière de la France par Fitch. L'agence a justifié la dégradation de la note française d'un cran, à "AA-" contre "AA" précédemment, par les fortes tensions sociales autour de la réforme des retraites, qualifiées d'"impasse politique".

Bruno Le Maire a notamment cité la réforme de l'assurance chômage et celle des retraites. "Je crois que les faits infirment l'appréciation de l'agence Fitch. Nous sommes en mesure de faire passer des réformes structurantes pour le pays", a-t-il déclaré depuis Stockholm (Suède), où il participe à une réunion des ministres des Finances de l'Union européenne.

"Nous avons devant nous toute une série de réformes qui vont accélérer la transformation du modèle économique français", a fait valoir samedi Bruno Le Maire. Il a évoqué à ce sujet le "projet de loi industries vertes qui va être présenté dans quelques jours et qui va permettre de réindustrialiser la France, d'ouvrir de nouveaux sites industriels et de créer de nouveaux emplois". "Ne doutez pas de notre détermination totale à rétablir les finances publiques de la nation (...) à accélérer le désendettement du pays, à réduire les déficits et à accélérer la réduction des dépenses publiques", a ajouté le ministre.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.