Affaire Jean-Paul Delevoye : l'opposition demande la démission du haut-commissaire aux Retraites

Jean-Paul Delevoye, l'un des artisans de la réforme des retraites, actuellement fragilisé par des révélations sur ses mandats non déclarés, va-t-il devoir démissionner ? 13 fonctions au total n'ont pas été mentionnées dans la déclaration d'intérêts du haut-commissaire aux Retraites, dont certaines rémunérées.

France 2

Jean-Paul Delevoye est au coeur de la tourmente. Le haut-commissaire aux Retraites a finalement déclaré 13 mandats, dont 11 bénévoles, dans des structures liées au mécénat, à l'insertion professionnelle ou à la réflexion démocratique. Dimanche 15 décembre, une partie de l'opposition a demandé la démission du "monsieur retraites" du gouvernement. "Je pense que la suspicion de conflit d'intérêts à l'égard de M. Delevoye le disqualifie totalement pour continuer", a ainsi déclaré la présidente du Rassemblement national Marine Le Pen.

Des sommes perçues déclarées revues à la hausse

Même position du côté de La France insoumise. "Jean-Paul Delevoye doit démissionner ! C'est un menteur. Sa parole n'est plus crédible", a tweeté Alexis Corbière dans la journée. Au gouvernement, on sert les rangs derrière le haut-commissaire, l'un des soutiens historiques du président de la République. Dans sa nouvelle déclaration à la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique, Jean-Paul Delevoye a revu à la hausse les sommes perçues pour deux mandats rémunérés, liés au monde de l'éducation.

Le JT
Les autres sujets du JT
Le Haut commissaire aux retraites Jean-Paul Delevoye, lors d\'une session des questions au gouvernement, le 11 décembre 2019 à Paris.
Le Haut commissaire aux retraites Jean-Paul Delevoye, lors d'une session des questions au gouvernement, le 11 décembre 2019 à Paris. (DANIEL PIER / NURPHOTO)