Grève du 17 décembre : CGT, CFDT... un cortège, deux mots d'ordre

Les opposants à la réforme des retraites défilaient dans toute la France, à l'appel de tous les syndicats, mardi 17 décembre. 76 000 manifestants ont été décomptés par la police à Paris, 350 000 selon la CGT et 72 500 selon le cabinet indépendant Occurrence. Toutefois, pas question pour les différents syndicats de défiler main dans la main.

france 2

Pour la première fois, toutes les organisations syndicales ont défilé, à Paris comme en régions, contre la réforme des retraites, mardi 17 décembre. Dans la capitale, vus d'en haut, les syndicats semblent jouer la même partition. Mais quand on se rapproche, on distingue finalement plusieurs groupes distincts. Pas question pour les leaders d'être derrière la même banderole. En tête de cortège, on retrouve la CGT, jusqu'au-boutiste contre la réforme.

>> DIRECT : suivez la mobilisation du 17 décembre

Laurent Berger est ouvert à la négociation

La colère rouge vire en fin de cortège à l'orange des syndicats réformistes. Laurent Berger, le patron de la CFDT, n'est là qu'en début de manifestation, ouvert à la négociation. Un choix défendu par la plupart des militants. D'autres ne comprennent pas la position de leur syndicat. Ils demandent le retrait pur et simple de la réforme. Un rassemblement dans le calme tout au long de la journée. Seuls quelques affrontements ont éclaté en début de soirée place de la Nation.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des manifestants contre la réforme des retraites, le 17 décembre 2019, à Toulouse (Haute-Garonne).
Des manifestants contre la réforme des retraites, le 17 décembre 2019, à Toulouse (Haute-Garonne). (FREDERIC SCHEIBER / HANS LUCAS / AFP)