Cet article date de plus d'un an.

Fitch baisse la note de la France : "L'agence de notation va dans le même sens que nous", estime le député insoumis Eric Coquerel

Pour le président de la commission des Finances et député LFI de Seine-Saint-Denis, cette sanction "est un élément de plus dans la critique que nous portons sur cette réforme".
Article rédigé par franceinfo
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min
Eric Coquerel, député LFI de Seine-Saint-Denis, président de la Commission des Finances, était jeudi 27 avril l’invité du 8h30 franceinfo. (FRANCEINFO / RADIOFRANCE)

"L'agence de notation va dans le même sens que nous", a réagi samedi 29 avril sur franceinfo Eric Coquerel, député La France insoumise, alors que l'agence de notation Fitch a abaissé vendredi la note de la France à "AA-", invoquant les tensions sociales récentes qui pèseront sur la capacité à réduire le déficit et la dette, ainsi que des perspectives de croissance moins élevées qu'anticipé.

>> Fitch baisse la note de la France : "Une mauvaise nouvelle pour le gouvernement", "à contre-courant" de ses attentes, estime un économiste

La décision de l'agence Fitch "est un élément de plus dans la critique que nous portons sur cette réforme et la manière dont le gouvernement la gère. À ma connaissance, c'est la première fois qu'une agence de notation, qui sont un peu les arbitres de la finance, sanctionne un gouvernement pour 'l'impasse politique et les mouvements sociaux qui constituent un risque pour le programme de réforme d'Emmanuel Macron.' C'est ce que nous disons depuis longtemps. Cette réforme ne va pas apporter grand-chose en termes de réduction des déficits et provoque une colère sociale et populaire."

Le ministre français des Finances Bruno Le Maire a assuré que le gouvernement allait continuer à "faire passer des réformes structurantes", malgré l'abaissement de la note financière de la France par l'agence Fitch. "Celles qui sont prévues d'ici 2027 sont historiques et c'est une vraie cure d'austérité. En vérité, on sait que cela va provoquer, et c'est normal, des réactions sociales. Donc, c'est une logique sans fin", a estimé Eric Coquerel. "Contrairement à la logique des agences de notations, cela peut avoir un effet récessif sur l'économie."

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.