DIRECT. Retrait provisoire de l'âge pivot : la CGT continue à réclamer "le retrait" de la réforme des retraites

Les modalités de financement de cette réforme des retraites seront fixées en avril à l'issue de la conférence de financement à laquelle participeront les syndicats. 

Le patron de la CGT, Philippe Martinez, le 19 décembre 2019.
Le patron de la CGT, Philippe Martinez, le 19 décembre 2019. (MARTIN BUREAU / AFP)
Ce qu'il faut savoir

Edouard Philippe tente de renouer le dialogue avec les syndicats. Dans une lettre envoyée aux organisations syndicales, que France Télévisions a pu consulter, samedi 11 janvier, le Premier ministre annonce que le gouvernement retire provisoirement l'âge pivot de l'avant-projet de loi sur les retraites.

Un geste de "confiance" pour Philippe. "Pour démontrer sa confiance envers les partenaires sociaux, et ne pas préjuger de l'issue de leurs travaux concernant les mesures à prendre pour atteindre l'équilibre en 2027, je suis disposé à retirer du projet de loi la mesure de court terme que j'avais proposée, consistant à converger progressivement à partir de 2022 vers un âge d'équilibre de 64 ans en 2027", écrit Edouard Philippe dans ce courrier.

 Verdict en avril. Les modalités de financement de cette réforme des retraites seront fixées en avril à l'issue de la conférence de financement proposée par la CFDT et à laquelle doivent participer les syndicats. Si cette conférence se solde par un échec, c'est le gouvernement qui décidera, par ordonnance.

La CFDT se félicite. Le syndicat réformiste "salue le retrait de l’âge pivot du projet de loi, retrait qui marque la volonté de compromis du gouvernement".

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #RETRAITES

23h01 : On ferme boutique pour la soirée, mais ce live reprendra demain à neuf heures. En attendant, un dernier coup d'œil aux principales infos de la soirée.

Edouard Philippe décide de retirer "provisoirement" l'âge pivot de la réforme des retraites. Il confie aux partenaires sociaux le soin de trouver une façon de financer la transition vers le système à points, qui entrera en vigueur en 2027. On vous décrypte cette annonce.

Nouvelle journée de mobilisation un peu partout en France : la CGT revendique 150 000 personnes dans les rues de Paris, contre 21 000 pour la préfecture. Au niveau national, le ministère de l'Intérieur a compté 150 000 personnes, contre 500 000 pour la CGT.

Fin du faux suspense : Anne Hidalgo annonce qu'elle est candidate à sa propre succession à la mairie de Paris.


Le chemin de croix du TFC en Ligue 1 continue : dixième défaite d'affilée pour les Violets, terrassés par Brest (5-2) alors qu'ils menaient 2-1 à 20 minutes de la fin. Les hommes de Denis Zanko (le troisième homme sur le banc depuis août) sont bons derniers de L1.

22h17 : Au 38e jour de grève contre le projet de réforme des retraites du gouvernement, certains secteurs sont particulièrement touchés économiquement. Dans le secteur de l'organisation des séminaires, toute la filière connaît un net ralentissement, constate France 2.




(FRANCE 2)

22h13 : Notre reporter Matthieu Mondoloni est allé demander aux grévistes ce qu'ils pensaient de l'annonce d'Edouard Philippe sur le retrait provisoire de l'âge pivot. Et bien peu ont été convaincu de passer leur prochain jeudi au chaud. Comme Clara : "la question ce n’est pas l’âge pivot, la question c’est la retraite à points, ce sont les choix du gouvernement, l’austérité, les services publics". La professeure de philosophie avoue : "Je suis une femme, j’ai trois enfants et je vais perdre autour de 1 000 euros de pension et moi je ne pourrai pas avoir de caisse complémentaire."

Reportage à lire ici.




(MATTHIEU MONDOLONI / FRANCEINFO)

21h34 : Je ne crois pas m'être fourvoyé là-dessus . Le texte d'Edouard Philippe précise que quoi qu'il arrive, il y aura un "âge d'équilibre" dans le système à points mis en place. Ce dispositif "constituera un des leviers de pilotage collectif du système dans la durée". En clair, si vous partez avant, vous subirez un malus, si vous partez après, vous bénéficierez d'un bonus.

21h33 : Pierre, peux tu nous confirmer que tu t'es fourvoyé dans ton analyse de la décision de Doudou. L'âge pivot est bien retiré du projet de loi, de façon définitive si les syndicats trouvent un financement alternatif, et de façon temporaire sinon. Merci.

21h32 : @Occurence Certes, mais ce comptage étant tronqué, nous avons choisi de ne pas le diffuser au même niveau que ceux de la préfecture et de la CGT, qui se veulent exhaustif. D'une façon générale, les comptages d'Occurence sont légèrement au-dessus de ceux de la police.

21h31 : Pierre, je ne vous contredirai pas sur le. Comptage d'occurrence mais du coup, on peut quand même estimé qu'on est assez loin des 150 000...

21h28 : "Chacun a fait des efforts. Le gouvernement a fait le choix de retirer l'âge pivot à 64 ans pour 2027 et les organisations syndicales réformistes ont accepté de leur côté que nous ne dissocions pas la réflexion sur l'équilibre financier du système universel."

Sur BFM-TV, Sibeth Ndiaye parle d'un "accord solide qui nous permet de trouver le chemin pour bâtir une réforme des retraites".

20h58 : @Leon J'en ai déjà parlé tout à l'heure, mais je redonne l'info : le comptage d'Occurence n'est pas complet car une partie du cortège n'est pas passé devant le point de comptage en raison d'incidents. Donc leur chiffre, partiel, est de 23 000 personnes, sachant qu'ils ont conscience de ne pas avoir recensé tout le monde. C'est pour ça que nous ne le mettons pas en avant.

20h56 : Manif : pas de chiffrage d'Occurence ? Merci

20h42 : @TSnaper C'est un peu technique, mais jeudi prochain, le 16 donc, aura lieu une journée de grève et de manifestation nationale, alors que les deux jours précédents, les 14 et 15, sont des journées d'action, plutôt axées sur la grève donc.

20h41 : Dans certains articles, je vois un appel à la grève le 16/01. Dans d’autres, le 14/01, 15/01 et 16/01. Qu’en est-il ?TSnaper

20h40 : Je ne sais pas si "dégradée" est le bon terme, car les syndicalistes n'ont fait que coller sur sa porte des affiches hostiles à la réforme des retraites. Le député n'a pas porté plainte, et a même convié ces syndicalistes à une rencontre vendredi prochain.

20h39 : La permanence de Jean Luc Fugit, député du Rhône a eu sa permanence parlementaire dégradé par la CFDT. Il a publié un communiqué sur Facebook

20h24 : @Marsouille L'intersyndicale est formée de la CGT, FO, la FSU, Solidaires, la CFE-CGC (syndicats de cadres) et trois organisations de jeunesse. Pas de CFDT ni d'UNSA à l'horizon donc.

20h23 : Bonjour. Lorsque vous parlez d'intersyndicale, doit on comprendre tous les syndicats? Ou seulement une partie? Autrement dit la CFDT, CFTC, CFE-CGC appelernt ils à la grève le 16? Merci

20h12 : Emmanuel Macron salue dans un communiqué un "compromis constructif de responsabilité".

20h08 : "Ça fait 37 jours que l'opinion publique est favorable aux syndicats, malgré les gênes, considérables en Ile-de-France. Pourquoi devrions-nous faire un pas ? Quand nous proposons d'augmenter les salaires, de revoir les exonérations de cotisations patronales, le gouvernement dit non."

20h07 : "Je pense qu'on verra ce que disent les cheminots de la CFDT et les agents RATP de l'UNSA. Une majorité de syndicat qui représente une majorité de salariés est contre ce projet. Va-t-on passer outre cette majorité pour écouter uniquement la minorité en faveur du projet."

20h05 : "Nous appelons évidemment à poursuivre le mouvement, car rien n'a changé dans les courriers envoyés par le gouvernement. (...) Le débat sur l'âge pivot est un leurre."

Il s'exprime en ce moment sur TF1.

20h04 : Le patron de la CFTC, Cyril Chabanier, estime sur LCI qu'"un geste important a été fait par le gouvernement", qui a "pris en compte ce que disaient plusieurs syndicats réformistes". "On a été entendu et on peut entrer aujourd'hui dans le processus de dialogue".

20h15 : Alors que des odeurs de ravioles à la châtaigne et de tartiflette se mêlent dans la rédaction (et ce n'est pas très harmonieux), faisons le point sur l'actualité chargée de ce samedi soir.

Edouard Philippe décide de retirer "provisoirement" l'âge pivot de la réforme des retraites. Il confie aux partenaires sociaux le soin de trouver une façon de financer la transition vers le système à points, qui entrera en vigueur en 2027.

Nouvelle journée de mobilisation un peu partout en France : la CGT revendique 150 000 personnes dans les rues de Paris, contre 21 000 pour la préfecture. Au niveau national, le ministère de l'Intérieur a compté 150 000 personnes, contre 500 000 pour la CGT.

Les prévisions de la RATP sont tombées pour demain : une nouvelle fois, le trafic s'effectuera au compte-gouttes sur la majorité des lignes, mais selon la compagnie, la situation s'améliore pour un dimanche.

Deux clubs français se hissent en quarts de finale de la Coupe d'Europe : Clermont et Toulouse, vainqueur respectivement de l'Ulster et du Connacht.

19h53 : L'intersyndicale appelle à une nouvelle journée de grève et de manifestation le 16 janvier.

19h51 : "Le gouvernement aurait mieux fait d'être beaucoup plus ouvert au dialogue, beaucoup plus sensible à la négociation et aux concessions qu'il faut faire."

Sur France Bleu Limousin, François Hollande s'est étonné de la lenteur d'évolution de l'exécutif. "Ce n'est que samedi que l'on apprend que l'âge pivot est suspendu alors que c'est la demande de la CFDT depuis plus d'un mois. Pourquoi ne pas avoir tout de suite ouvert cette porte ?"

19h47 : Le syndicat Solidaires appelle comme la CGT à poursuivre le mouvement. "Le gouvernement fait mine de donner la main aux partenaires sociaux jusqu'en avril", avec la conférence de financement qui doit élaborer des propositions alternatives, "mais il la garde en dernière analyse" et "il prévoit d'agir par ordonnances".

19h45 : Des étudiants ont reçu une grenade lacrymogène alors qu'ils se trouvaient à la fenêtre de leur appartement... situé au 4e étage. "On a eu très peur", raconte Marie, qui a filmé la scène, à franceinfo.




(EIRAMNIFFAC / TWITTER)

19h42 : Histoire d'être complet, le "Nombre Jaune", l'organe de comptage participatif des manifestations de "gilets jaunes", a compté 344 156 personnes dans les rues aujourd'hui, donc entre la CGT et le ministère de l'Intérieur.

19h40 : #GREVE La CGT a compté 500 000 manifestants en France, contre 149 000 pour le ministère de l'Intérieur.

19h37 : Le cabinet Occurence reconnaît un souci dans le comptage des manifestants. Le cortège parisien n'est pas passé en intégralité sous les fenêtres où était installé le point de comptage en raison d'incidents survenus au cours de la manifestation. Le cabinet indépendant parle de 23 000 manifestants, un chiffre qu'il sait sous-évalué.

Pour rappel, la préfecture parle de 21 000 personnes, et la CGT de 150 000.

19h27 : A Lille, les manifestants ont eu le renfort... de syndicats belges venus prêter main forte aux grévistes. "On vient en solidarité avec les amis français et françaises pour leur dire : 'ne lâchez rien, en Belgique, on l'a fait'", explique Aurore Joly, de la Confédération des syndicats chrétiens à France 3 Hauts-de-France.




(FRANCE 3 HAUTS-DE-FRANCE)

19h19 : Vous n'avez pas bien suivi les annonces d'Edouard Philippe sur le retrait provisoire de l'âge pivot ? On vous explique tout ça simplement dans cet article.




(CHARLES PLATIAU / REUTERS)

19h16 : #GREVE Le ministère de l'Intérieur a compté 149 000 manifestants dans toute la France, dont 21 000 à Paris (contre 150 000 pour la CGT uniquement dans la capitale).

19h13 : La CGT se dit "plus que jamais déterminée à obtenir le retrait du texte", fait savoir le syndicat dans un communiqué.

19h02 : La préfecture de police indique que 19 personnes ont été interpellées autour du cortège parisien.

18h59 : Bonsoir @l'oeil, la courroie de transmission vous salue bien, mais je vous rappelle quand même que samedi dernier, la CGT, FO, Solidaires et FSU appelaient à manifester. Vous avez la mémoire courte, ou alors sélective.

18h59 : Pourquoi parlez-vous des mobilisations des samedis précédents ?? Cela n'a rien à voir !! Les samedis précédents ne concernaient que les gilets jaunes !! Vous faites preuve d'une légèreté professionnelle assez consternante et je rejoins le commentaire antérieur : France info est devenu la courroie de transmission communicante de Mélenchon...

18h54 : En revanche, à droite, on essaie d'instiller l'idée d'une reculade de l'exécutif. A l'image des tweets d'Aurélien Pradié et de Bruno Retailleau.

18h53 : Gilles Le Gendre, le patron des députés LREM, salue l'effort d'inclure les syndicats dans la réforme, après l'annonce du Premier ministre du retrait provisoire de l'âge pivot. François Bayrou, un des soutiens de la première heure du président de la République, tire aussi son chapeau à l'exécutif.

18h47 : Geoffroy Roux de Bézieux, le patron du Medef, exprime sa satisfaction après l'annonce d'Edouard Philippe sur les modalités de la conférence sur le financement du régime de retraites.

18h38 : On se détend ? Nous allons donner tous les chiffres, la préfecture et le cabinet Occurence (si le comptage fonctionne). Pour l'instant, nous ne disposons que de celui de la CGT, et c'est quand même une mobilisation conséquente pour un samedi (à comparer avec les précédents samedis de mobilisation).

D'autre part, nous avons relayé des réactions émanant de tous les partis. Si vous enlevez vos oeillères, vous y trouverez celles des députés LREM Roland Lescure et Jean-François Cesarini pour la majorité.

18h38 : Cela suffit ! Comment pouvez vous dire forte mobilisation ! La CGT dit 150 000. Jeudi la CGT disait 350 000 et Occurence en a trouvés 44 000. Votre parti pris est insupportable. Quand votre "copain" Quatennens dont vous relayer complaisamment les tweets dit que le gouvernement prend les Frnçais pour des imbéciles, c'est à vous qu'il devrait adresser ce message. Cela decrait parti de votre respect des personnes...

18h32 : Jean-Luc Mélenchon, leader de La France insoumise, appelle lui aussi à "reprendre à zéro" le projet, comme son collègue socialiste Olivier Faure.

18h29 : Lisez bien les prévisions de trafic, @liloop : la circulation s'effectuera au compte-gouttes sur un grand nombre de lignes, on n'est loin de la reprise normale du trafic. Par ailleurs, un éventuel retour à la normale n'aura lieu qu'après vote dans les AG des différentes lignes, pas avant lundi.