Près de huit millions de personnes vont partir à la retraite d'ici à 2020

Environ un tiers des actifs de 2009 aura quitté son travail à cette échéance, selon une note de l'Insee. Francetv info fait le point sur ce phénomène qui va toucher de façon inégale les régions et les secteurs d'activité.

Selon l\'Insee, huit millions de Français vont partir à la retraite d\'ici à 2020.
Selon l'Insee, huit millions de Français vont partir à la retraite d'ici à 2020. ( GETTY IMAGES )

La génération du "baby-boom" se transforme en "papy-boom". Depuis les années 2000, des départs massifs en fin de carrière ont lieu. Et cette tendance va perdurer jusqu'en 2020, note l'Insee dans un étude publiée mardi 8 juillet. Parmi les salariés qui occupaient un emploi en 2009, trois personnes sur dix devraient avoir quitté leur travail en 2020. Soit huit millions de personnes.

Néanmoins, l'Insee précise "qu'avec l’évolution du cadre législatif des départs en retraite, les actifs tendent à poursuivre leur travail à un âge de plus en plus avancé". Le phénomène s'étale donc dans le temps et la part des seniors augmente.

Francetv info revient en trois questions sur ces départs massifs à la retraite.

1 Quelles sont les régions les plus concernées ?

Le Limousin et l'Auvergne vont être particulièrement touchés par ce phénomène, où respectivement 33,6% et 33,2% des actifs devraient partir à la retraite à l'horizon 2020.

Dans un deuxième groupe se détachent les régions de la Basse-Normandie, du Centre, du Poitou-Charentes, de l'Aquitaine, des Midi-Pyrénées, du Languedoc-Roussillon, de Provence-Alpes Côte d'Azur, de la Corse, de la Bourgogne, de la Franche-Comté, de la Lorraine et des Champagne-Ardennes, où le taux de départs des actifs est compris entre 31,6% et 33%.

La Picardie, la Haute-Normandie, la Bretagne et la région Rhône-Alpes affichent, eux, un taux d'actifs qui partiront à la retraite entre 30 et 31,5%. Enfin, en queue de peloton, l'Alsace, le Nord-Pas-de-Calais, l'Ile-de-France et les Pays-de-la-Loire ont un taux de retrait des actifs inférieurs à 30%.

2 Quels secteurs d'activité seront touchés ?

Les services aux particuliers et les collectivités seront particulièrement concernés. Le taux de retrait des actifs est de 38% dans les métiers tels que les employés de maison, les aides à domicile, les assistantes maternelles, les aides ménagères, les ouvriers du textile et du cuir, les agriculteurs et les médecins. L'Insee relève aussi que l'ensemble des catégories de la fonction publique vont subir des départs massifs.

Environ 800 000 départs à la retraite sont aussi attendus dans la gestion et l’administration des entreprises (cadres et techniciens des services administratifs, comptables et financiers, secrétaires, employés administratifs d’entreprise). En ce qui concerne le domaine "santé, action sociale, culturelle et sportive", près de 700 000 personnes sont concernées.

En revanche, certains métiers vont être peu touchés par ce phénomène, car "structurellement jeunes en raison d’une forte rotation de leur main-d’œuvre ". Il s'agit des coiffeurs, esthéticiens, employés et agents de maîtrise de l’hôtellerie et de la restauration, caissiers, bouchers, charcutiers... Les professionnels de l’informatique seront aussi peu concernés par ces départs.

3 Y aura-t-il un effet sur l'emploi ?

Pas forcément, car l'emploi dépend aussi des "hypothèses économiques concernant l'évolution de la croissance, du chômage et de la productivité", et des "transformations intrinsèques des métiers", précise l'Insee. 

Dans un article publié mardi, La Tribune fait, de son côté, référence au chômage, qui a atteint aujourd'hui à un niveau record, notamment chez les jeunes,"malgré le mouvement de départs massifs entamé depuis plus d'une dizaine d'années".