Cet article date de plus de sept ans.

Petites retraites : histoire d'une promesse non tenue

Contrairement à ce qu'avait promis le gouvernement en avril, il n'y aura pas de revalorisation des petites retraites au 1er octobre. Retour sur une valse-hésitation en trois temps.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Manifestation contre le gel des pensions de retraite, le 3 juin 2014 à Paris. (PATRICE PIERROT / CITIZENSIDE / AFP)

C'était un geste de Manuel Valls censé adoucir les mesures d'économies frappant les ménages français : en avril, le Premier ministre avait promis que les "petites retraites", inférieures, toutes pensions confondues, à 1 200 euros, seraient revalorisées. 

La promesse ne sera pas tenue : le gouvernement a annoncé, vendredi 12 septembre, qu'il n'y aurait pas de revalorisation des petites retraitesLe ministère des Affaires sociales estime que "la très faible inflation prévue pour 2014 [0,5%], conduit à une stabilité des pensions".

Francetv info revient sur cette promesse non tenue, en trois actes.

Acte 1 : les pensions gelées… sauf les plus petites

Le 8 avril, le gouvernement Valls présente un plan d'économies de 50 milliards d'euros, qui va de pair avec le "pacte de responsabilité" dégageant 30 milliards en faveur des entreprises.

Ce plan d'économies prévoit le gel, pendant un an, des pensions du régime de retraite de base et des retraites complémentaires.

Face au tollé d'une partie de la gauche, le gouvernement décide "d'épargner les petites pensions de retraite jusqu'à 1 200 euros" (toutes pensions cumulées), relate Le Monde (abonnés).

Selon un calcul de L'Express, un ex-salarié touchant 1 100 euros, dont 850 euros de pension de base et le reste en complémentaire, devrait ainsi voir sa pension augmenter de 5,10 euros mensuels au moment de la revalorisation.

Acte 2 : le coup de la panne

La revalorisation des pensions de retraite inférieures à 1 200 euros est alors prévue le 1er octobre. Mais, dès le début de l'été, le gouvernement prévient que cette revalorisation pourrait ne pas intervenir à cette date pour des "raisons techniques". Il assure cependant que "tout retard sera compensé".

Puis, le 4 septembre, l'administration fait savoir que cette mesure risque d'avoir du retard à cause d'un problème informatique

Acte 3 : un renoncement de fait

Vendredi 12 septembre, le ministère des Affaires sociales annonce officiellement que les petites pensions ne seront pas revalorisées au 1er octobre en raison de la faible hausse des prix.

"Les règles de revalorisation, du fait de la très faible inflation prévue pour 2014 [0,5%], conduisent à une stabilité des pensions", explique le ministère à l'AFP.

En raison de l'application mécanique des règles de calcul (qui tiennent compte notamment de la revalorisation et de l'inflation appliquées en 2013), les retraités aux pensions les plus modestes n'auront donc aucun euro de plus chaque mois, se retrouvant ainsi logés à la même enseigne que les autres retraités. Seuls les retraités au minimum vieillesse bénéficieront, "comme le gouvernement s'y était engagé, d'un coup de pouce en octobre prochain", précise le ministère, sans communiquer le montant de cette revalorisation.

Comme l'avait souhaité initialement le gouvernement Valls en avril, la revalorisation des petites retraites sera donc bien gelée jusqu'à octobre 2015, soit pendant dix-huit mois, puisqu'après avoir été décalée d'avril à octobre, elle est remise (au mieux) à octobre 2015.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Retraite

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.