Départs anticipés à la retraite : une tendance à la hausse

De plus en plus de Français partent de manière précoce à la retraite. En plateau, le journaliste Laurent Desbonnets explique notamment que les chiffres actuels sont inférieurs à ceux des années 1980.

Voir la vidéo
FRANCE 2

Il y a de plus en plus de départs précoces à la retraite, mais on est très loin des chiffres des années 1980. C’est ce qu’explique le journaliste Laurent Desbonnets sur le plateau du journal de France 2. "Le pic, c'était en 1982. 13% des 55-64 ans étaient alors en préretraite ou dispensés de rechercher un travail. L'objectif était alors de libérer des postes pour les jeunes et de lutter contre le chômage. Les départs anticipés à la retraite ont progressivement diminué et à partir de 2005, se produit une chute du nombre de retraites anticipées.

Moins nombreux à travailler que chez nos voisins

En 2013, nouveau changement de tendance : "les retraites anticipées font leur grand retour avec le système des dispositifs carrière longue, explique le journaliste. "Ces départs anticipés ont un coût : 3,4 milliards d'euros en 2017. Cela devrait baisser dès 2018 avec une prévision de 3,2 milliards d'euros seulement. Tout simplement parce qu'il y aura de moins en moins de gens qui ont commencé à travailler très jeune", explique le journaliste. Les Français âgés de 55 à 64 ans sont moins nombreux à travailler que chez nos voisins européens. "En France, seulement 52% des 55-64 ans travaillent encore. Au Royaume-Uni ce chiffre monte à 64% et en Allemagne 71%", expose Laurent Desbonnets.

Le JT
Les autres sujets du JT
Depuis 20 ans, alors que le nombre de centenaires augmente, aucun n\'a franchi le cap des 120 ans. (Photo d\'illustration)
Depuis 20 ans, alors que le nombre de centenaires augmente, aucun n'a franchi le cap des 120 ans. (Photo d'illustration) (MAXPPP)