Quatre millions d’euros de bonus pour le nouveau directeur de Sanofi

Olivier Brandicourt prendra la tête du groupe français en avril et touchera pour cela quatre millions d’euros. Un "golden hello" indécent aux yeux des syndicats.

(Le groupe Sanofi versera une prime de bienvenue de 4 millions d'euros à son nouveau directeur général. © Reuters)

Une prime de bienvenue de quatre millions d’euros qui dérange. Le futur directeur général de Sanofi, l'un des géants français de la chimie et de la pharmacie, devrait empocher ce bonus, sorte de "golden hello", lors de sa prise de fonction en avril.

 

Olivier Brandicourt touchera ainsi d’abord deux millions puis encore la même somme en janvier 2016. A cela s'ajoute un salaire annuel de trois à quatre millions d'euros et 220.000 stock options. Selon Sanofi, cette prime se justifie "en contrepartie des avantages auxquels il a renoncé en quittant son précédent employeur" , le groupe allemand Bayer.

 

De quoi faire réagir les syndicats, d'autant que la société a supprimé des milliers d'emplois ces dernières années, comme l’a souligné Thierry Bodin, délégué central CGT à Sanofi : "Le golden hello était déjà pratiqué avec le dernier directeur mais là ce qui est étonnant c'est qu'il double la mise au bout d'un an. Quatre millions d'euros au total : on voit que le conseil d'administration soigne bien ses dirigeants, plutôt que ses salariés."

"Sanofi se porte très bien financièrement, par contre ces cinq dernières années la direction a supprimé plus de 5.000 CDI en France" , a ajouté le délégué syndical. 

"Le conseil d’administration soigne mieux ses actionnaires que ses salariés" Thierry Bodin, délégué central CGT à Sanofi.
--'--
--'--