Cet article date de plus de neuf ans.

PSA : les recettes de Christian Streiff

En difficulté, le groupe PSA Peugeot Citroën doit trouver une nouvelle dynamique pour répondre aux ambitions de son président, augmenter ses marges et ses ventes.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (Radio France © France Info)

En poste depuis sept mois, Christian Streiff entend redynamiser la maison PSA Peugeot Citroën. Pour lui, les 2% de marge opérationnelle actuels sont «une hérésie de l’histoire». Pour augmenter les marges du constructeur automobile, son président souhaite avant tout diminuer les coûts de production.

Les coûts fixes sont les premiers visés avec la suppression de 7.000 à 8.000 emplois en Europe occidentale. Selon lui, «70% des départs seront des cols blancs». Pour aussi économiser sur la sous-traitance, il souhaite la rapprocher des marchés visés (dont l’Inde et le Brésil).

Pour réduire les coûts d’achats de matériel Christian Streiff souhaite renforcer la logique des plateformes. Elles permettent de concevoir et fabriquer plusieurs modèles différents à partir d’un même squelette. Un atout important alors que le groupe prévoit 26 nouveaux modèles entre 2006 et 2009.

Enfin, dans la grande offensive internationale de PSA, avec ses objectifs de vente ambitieux (1 million de ventes en Chine et 400 000 en Amérique latine), le président du groupe a annoncé que l’une de ses plateformes servira à la production de véhicules à bas coût. Destinés aux pays émergents, on peut y voir une réponse à la Logan de Renault déjà en vente depuis trois ans et qui connaît depuis un important succès.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Eco / Conso

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.