Union européenne : le plan de relance historique enfin validé, son montant va pouvoir être distribué aux Etats membres dès juillet

Après l'accord des Vingt-Sept, l'UE va pouvoir émettre de la dette commune, un processus historique qui vise à relancer l'économie du bloc après la crise liée au Covid-19.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Une affiche vantant le plan de relance européen sur la façade du siège de la Comission européenne à Bruxelles (Belgique), le 11 mai 2021. (DURSUN AYDEMIR / ANADOLU AGENCY / AFP)

L'Union européenne (UE) va pouvoir démarrer en juin le processus historique d'émission de dette commune pour financer son plan de relance post-Covid-19, a annoncé lundi 31 mai le Conseil européen dans un communiqué (en anglais). Le Conseil européen, qui représente les Etats membres, a annoncé avoir "reçu formellement les notifications d'approbation de l'ensemble des Vingt-Sept, ce qui permet à la commission d'emprunter au nom de l'UE sur les marchés des capitaux".

La France recevra 40 milliards d'euros

Au total, 672 milliards d'euros de subventions et de prêts vont être accordés aux pays membres de l'UE, dans le cadre d'un plan de relance global de 750 milliards d'euros baptisé "Next Generation EU". Ce plan est financé par un recours commun à l'emprunt, inédit, qui incarne la solidarité européenne face à la crise du Covid-19. L'Espagne et l'Italie devraient être les principaux bénéficiaires avec près de 70 milliards d'euros chacune, devant la France, avec près de 40 milliards d'euros.

La mise en œuvre du plan, conclu en juillet 2020 après de difficiles négociations, a été souvent critiquée pour sa lenteur. Les premiers paiements, qui doivent financer des projets d'investissements dans la transition verte et numérique, sont prévus en juillet prochain. Il s'agira de préfinancements représentant 13% des subventions totales. Les déboursements s'étaleront sur plusieurs années.

Les pays de l'UE ont commencé à déposer fin avril à Bruxelles leurs plans nationaux d'investissements associés à des réformes structurelles, afin de solliciter les financements. Vingt-deux Etats sur 27 ont déjà soumis leur projet à la Commission européenne, qui a deux mois pour les examiner et les approuver. Le Conseil européen, qui représente les Etats membres, aura ensuite un mois pour donner son feu vert.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Plan de relance

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.