Relance économique : le Mouvement radical propose de supprimer cinq jours fériés "pour libérer" du "temps de travail"

Le Mouvement radical propose de ne garder que les 1er janvier, 1er mai, 14 juillet, 11 novembre et 25 décembre.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Laurent Hénart, ancien maire de Nancy et président du Mouvement radical. (ALEXANDRE MARCHI / MAXPPP)

Alors que le gouvernement présente jeudi 3 septembre son plan de relance économique, le Mouvement radical propose de supprimer cinq jours fériés pour "libérer un peu plus de temps de travail", explique sur franceinfo Laurent Hénart, ancien maire de Nancy et président de ce mouvement centriste, partenaire de la majorité lors des européennes de 2019.

Seuls le 1er janvier, 1er mai, 14 juillet, 11 novembre et 25 décembre resteraient chômés, alors que les autres seraient transformés en jours de congés pris à l'initiative exclusive du salarié. "C'est un appel au débat sur ce sujet-là", a expliqué Laurent Hénart, conscient que cette mesure risque d'être impopulaire si elle est mise en place. "Je rappelle qu'un jour férié, dans la loi, n'est pas un jour chômé, c'est une pratique française que d'installer ça", insiste-t-il.

Le seul jour férié chômé dans la loi française, et dans les accords internationaux pour beaucoup de pays, c'est le 1er mai.

Laurent Hénart

à franceinfo

"Les autres jours fériés ne sont pas forcément chômés. Ils font l'objet d'un statut particulier à discuter entre l'employeur et le salarié", souligne le président du Mouvement radical. Cette mesure ne figure toutefois pas dans le plan de relance du gouvernement, ce que "regrette" Laurent Hénart, "on en a besoin maintenant." Mais "c'est un sujet qu'on retrouvera à l'élection présidentielle", a-t-il estimé.

Le Mouvement radical propose deux autres mesures pour relancer l'économie : "Le contrat de travail unique mélangeant CDD, CDI" et "l'annualisation du temps de travail, ce qui veut dire que les 35 heures restent la référence, mais à l'échelle d'une année et non pas à l'échelle de la semaine", a expliqué Laurent Hénart.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.