Grande distribution : les syndicats critiquent le recours au chômage partiel

Les grandes surfaces, qui restent ouvertes durant le reconfinement, ont recours au chômage partiel : elles avancent la fermeture de certains rayons. Plusieurs syndicats s'opposent à cette mesure.

France 2

Pour compenser la fermeture de certains rayons, la plupart des enseignes de la grande distribution dégainent la carte du chômage partiel. Dès mardi 17 novembre, Dominique Authier, caissière et déléguée syndicale CGT, restera à la maison 10 % de son temps, payée par l'État. "Je ne le prends pas comme un cadeau, en disant : 'Vous restez une journée payée chez vous'. Le lendemain il faudra travailler d'autant plus", déplore-t-elle.

Une stratégie abusive pour la CFDT

Les enseignes dénoncent une baisse d'activité. Pourtant, comme souvent au début de la crise, il y a foule dans certains supermarchés. Il y a 15 jours, Carrefour affichait même une croissance de 8,4 % dans le monde, du jamais vu depuis 20 ans. Le chômage partiel est une stratégie abusive pour la CFDT. "Cette optimisation financière n'est pas indispensable [...] les groupes gagnent de l'argent", affirme Olivier Guivarch, secrétaire général CFDT de la Fédération des services. La ministre du Travail prévient quant à elle que tout abus en matière de chômage partiel sera sanctionné.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des clients dans un supermarché Auchan, à Valence (Drôme), le 14 décembre 2019.
Des clients dans un supermarché Auchan, à Valence (Drôme), le 14 décembre 2019. (NICOLAS GUYONNET / HANS LUCAS / AFP)