Fracture sociale : des maires demandent 1 % du plan de relance pour les communes les plus pauvres

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min.
Fracture sociale : des maires demandent 1 % du plan de relance pour les communes les plus pauvres
France 2
Article rédigé par
A. Peyrout, B. Six, S. Soubane, H. Smague, J.-A. Babsa, R. Laurentin, France 3 Normandie - France 2
France Télévisions

Samedi 14 novembre, une centaine de maires ont lancé un appel d'urgence à Emmanuel Macron. Ils demandent qu'une partie du plan de relance soit sanctuarisée pour aider les communes les plus pauvres.

Ils sont maires d'une grande ou d'une petite ville. De droite comme de gauche, ils ont interpellé le président de la République samedi 14 novembre au matin sur la situation dans leur commune. "Aucune mesure ambitieuse n'a été prise pour répondre à la détresse sociale et économique qui frappe nos communes (…). Aujourd'hui, un autre virus se développe dans nos quartiers et même au-delà : celui du décrochage à la République", ont écris les élus dans une lettre ouverte à Emmanuel Macron.

Les élus demandent 1 % du plan de relance

Parmi les maires figure celui d'Arras (Pas-de-Calais), où le nombre de demandeurs du RSA a été multiplié par deux en un an. "On a besoin d'une aide nationale, estime Frédéric Leturque. Quand on parle d'un plan (de relance, ndlr.) de 100 milliards, on se dit que 1% pour les quartiers, c'est pas déconnant". Cela représente un milliard d'euros, notamment à destination les associations. Selon les élus, la fracture sociale pourrait avoir des conséquences dramatiques.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.