Le brief politique, France info

Emmanuel Macron en opération "cocooning" avec sa majorité

Le président de la République reçoit de nouveau les députés en petit comité.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Emmanuel Macron sur le perron du Palais de l\'Elysée, à Paris, le 30 septembre 2020 (illustration)
Emmanuel Macron sur le perron du Palais de l'Elysée, à Paris, le 30 septembre 2020 (illustration) (CHRISTOPHE PETIT TESSON / POOL / EPA POOL)

L'échelon choisi pour ces réunions est celui de la région. Et pour la première, ce jeudi, une quinzaine de parlementaires du Centre Val-de-Loire était conviée pour deux heures d’échanges avec le chef de l’Etat.

"Le sujet, c’était comment faire dans les 18 mois qui restent pour tenir la boutique sur le plan sanitaire, social, économique et sécuritaire", résume l'un des invités. Un autre rapporte que "ce n’était pas politicard, très axé sur l’action publique au quotidien", tandis qu’un troisième juge que cet exercice de "cocooning redonne de l’élan à la majorité en montrant que le président reste proche de ses préoccupations."

Plan de relance : mesurer les effets concrets

Parmi ces préoccupations, le sort des soignants. Des primes exceptionnelles leur ont distribuées, mais les écarts sont énormes entre ceux qui dépendent de la fonction publique et ceux qui sont rattachés aux départements. "Cela crée un sentiment d’injustice terrible", a expliqué un élu.

Sur le plan de relance, les députés ont aussi proposé leurs services pour vérifier que les mesures décidées à Paris produisent concrètement des effets sur le terrain. Tous ces élus louent le sens de l’écoute dont a fait preuve Emmanuel Macron. "Un propos introductif de cinq minutes, trois minutes de conclusion, et entre les deux, il a pris des notes pendant deux heures", s’émerveille un député. Un crayon bleu pour noter, un crayon rouge pour entourer ce qui lui semblait important.

Loi sur le séparatisme : "s'emparer du sujet"

Il a aussi été question de la loi sur le séparatisme, et là Emmanuel Macron a été plus bavard, décrivant le chemin de crête qu’il souhaite voir sa majorité emprunter : asseoir la République laïque en réaffirmant la neutralité du service public, sans stigmatiser la religion musulmane.

"Il a compris l'intérêt de faire un travail extrêmement poussé avec sa majorité, pour éviter que ça ne parte dans tous les sens", décrypte un interlocuteur. Aux députés, il a aussi été demandé d’organiser des débats avec la population, pour expliquer l’esprit de la réforme. "En somme, que nous nous emparions du sujet avant que d’autres le fassent à notre place", a compris un député.

La prochaine région reçue par Emmanuel Macron n'est pas fixée à ce stade, mais ce type d'exercice avec les députés est amené à se répéter.

Emmanuel Macron sur le perron du Palais de l\'Elysée, à Paris, le 30 septembre 2020 (illustration)
Emmanuel Macron sur le perron du Palais de l'Elysée, à Paris, le 30 septembre 2020 (illustration) (CHRISTOPHE PETIT TESSON / POOL / EPA POOL)