Croissance en 2021 : "La reprise est bien là", se félicite Olivier Dussopt, ministre délégué aux Comptes publics

écouter (26min)

Olivier Dussopt, ministre délégué auprès du ministre de l'Économie, des Finances et de la Relance, chargé des Comptes publics, était l'invité du 8h30 de franceinfo, dimanche 7 novembre.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Olivier Dussopt, ministre délégué chargé des Comptes publics, était l'invité du 8h30 franceinfo, dimanche 7 novembre 2021.
 (FRANCEINFO / RADIOFRANCE)

"La reprise est bien là", se félicite Olivier Dussopt, ministre délégué des Comptes publics, sur franceinfo dimanche 7 novembre. L'Insee a annoncé 3% de croissance pour le troisième trimestre 2021 et prévoit une croissance de 6,25% pour l'année 2021. "C’est la plus forte croissance trimestrielle depuis 1969, estime Olivier Dussopt, on parle de chiffres historiques. C’est une reprise qui s’accompagne à la fois de croissance mais aussi de création d’emplois, avec des dizaines de milliers de création d’emplois. Aujourd’hui, nous avons un taux de chômage à 7,6%. C’est le plus bas depuis 15 ans. Donc la reprise est bien là."

Les fruits de cette croissance vont servir "à l'emploi et aux Français" et "nous avons prévu dans le budget 2022 d'affecter une part des recettes supplémentaires au remboursement de la dette que nous avons contractée pendant la période de Covid-19". Si la croissance en 2021 était supérieure à 6,25%, alors "toutes les recettes supplémentaires permettront de réduire le déficit". Le ministre délégué des Comptes publics prévoit de revenir à un "niveau de dépenses publiques plus conforme avec une perspective qui est progressivement de revenir à 3% de déficit d'ici 2027".

Six milliards d'euros en cas de difficultés

Olivier Dussopt se veut prévoyant et affirme que le gouvernement a toujours "une marge de manœuvre en cas de difficulté", notamment si la crise sanitaire se prolonge. "Les crédits que nous avions prévus pour répondre à l'urgence et pour financer les aides économiques d'urgence – le fonds de solidarité ou l'activité partielle – tous ces crédits pour 2021 n'ont pas été consommés", rappelle le ministre. "S'ils n'ont pas été consommés, c'est parce que l'activité est repartie plus forte que prévu. Nous allons annuler une partie de ces crédits, assure-t-il, il y a une partie, un peu plus de 6 milliards d'euros, que nous allons conserver de manière à ce que début 2022, nous ayons une marge de manœuvre en cas de difficulté."

Les hôpitaux publics sont sous tension, avec cette crise liée à l'épidémie de Covid-19. "6% de lits sont fermés à la fois pour manque de personnel et pour des raisons de fatigue". Lundi 8 novembre le gouvernement défendra la loi de financement de la Sécurité sociale au Sénat. "Le budget que nous présenterons demain au Sénat, prévoit deux milliards d'euros supplémentaires pour élargir les effets du Ségur", affirme Olivier Dussopt. L'an dernier, le Ségur a représenté 10 milliards d'euros de moyens supplémentaires. Et "pour la première fois depuis plus de vingt ans, nous ne demandons aux hôpitaux français aucune mesure d'économie."

Retrouvez l'intégralité du "8h30 franceinfo" du dimanche 7 novembre 2021 :

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.