Paris, troisième capitale économique la plus influente du monde

Une équipe d'analystes a établi un classement des villes les plus influentes du monde, selon des paramètres économiques bien précis. Paris se classe à la troisième place, derrière Londres (1er) et New York (2e), révèle leur étude publiée dans le magazine économique américain Forbes.

(Paris se place derrière Londres (1er) et New York (2e) © Maxppp)

Si en Europe, Munich, Rome et Hambourg sont bien compétitives, elles ne sont pas “assez uniques pour rentrer dans le top 10” , explique dans Forbes Joel Kotkin, un des auteurs de l'étude et spécialiste en développement urbain. Paris décroche, elle, la troisième place du podium, derrière Londres (1er) et New York (2e).

Selon les analystes de l'étude publiée par le magazine Forbes, Paris est dans le top 10 car elle concentre “virtuellement” tous les sièges sociaux français et reste la capitale économique de la France.

Paris reste fragile

Cependant, il souligne que Londres et New York sont loin devant la ville lumière, dont l’influence reste fragile. L'avenir de [Paris] n'est pas prometteur étant donné que la France et une grande partie de l'Union européenne, sont embourbées dans une stagnation économique relative” , commente-t-il.

Londres est quant à elle première ville la plus influente du monde grâce à son “héritage inégalé” faisant d’elle d’une capitale financière mondiale. La capitale britannique attire par exemple 150 % d'investissements étrangers de plus que la ville française. New York domine également Paris, grâce, entre autre, à son industrie autour de la publicité, de la musique, de la mode et du luxe. A leurs côtés, Singapour (4e), Tokyo (5e), Hong Kong (6e), mais également Dubai (7e) qui rentre pour la première fois dans le top 10.

Aller "au delà des méthodes habituelles"

“Au siècle dernier, seules les grandes villes, au coeur des empires, étaient les plus importantes : Londres, Paris, New York et Tokyo. Maintenant, la taille ne compte plus. (...)” , estime Joel Kotkin, expliquant être allé “au delà des méthodes habituelles ”. "Ce qui importe aujourd’hui, c’est leur influence ".

Lui et le spécialiste en urbanisme Ali Modarres, l’analyste Aaron Renn et le démographe Wendell Cox ont étudié 58 métropoles selon huit catégories pour arriver à ces résultats. La concentration de investissements étrangers, les services disponibles pour les multinationales, comme les entreprises financières et comptables, ou encore le niveau de l’économie globale de la ville sont autant de paramètres pris en compte.

Mais ces analystes ont également étudié la mixité ethnique, la proximité des aéroports, la présence de médias et le décalage horaire avec les pays asiatiques. Nous croyons que les facilités d’accès aux capitaux et aux informations sont essentielles pour rendre une ville influente” , commente Joel Kotkin.