Nucléaire/Le Creusot : selon Areva, l'intégrité des pièces pas remise en cause

Selon le groupe nucléaire français, les anomalies détectées dans le contrôle des fabrications de son usine du Creusot, en Saône-et-Loire, ne remettent pas en cause l'intégrité des composants nucléaires forgés sur le site.

(En mai le gendarme du nucléaire avait précisé que sur les 400 pièces concernées produites depuis 1965 "une cinquantaine serait en service sur le parc électronucléaire français" © Sipa)

 Dans un point d’étape publié ce mardi en fin de journée, Areva affirme que les anomalies détectées dans le contrôle des fabrications de son usine du Creusot, en Saône-et-Loire, ne remettent pas en cause l'intégrité des composants nucléaires forgés sur le site. L'audit lancé fin 2015 dans l'usine Areva du Creusot (Saône-et-Loire) n'a ainsi pas détecté à ce stade de malfaçons sur les pièces fabriquées sur le site. Cet audit de l'usine du Creusot, qui fabrique des composants de l'EPR et dont est sortie la cuve du réacteur nucléaire en cours de construction à Flamanville, dans la Manche, avait révélé des anomalies dans le suivi des pièces produites dans le passé.

 

Un peu plus tôt dans l'après-midi, l’Autorité de sûreté nucléaire avait estimé qu'Areva devait encore prouver que les anomalies révélées en avril dans la procédure de fabrication de nombreux composants de réacteurs nucléaires n’avaient pas de conséquence sur la résistance desdites pièces.

 

"A ce stade, Areva estime que la tenue mécanique des matériels, l'intégrité des équipements, n'est pas mise en cause. L'ASN estime que les justifications fournies à ce jour sont insuffisantes pour aboutir à cette conclusion ", a déclaré Guillaume Bouyt, chef de l'antenne de l'ASN basée à Caen, interrogé sur le sujet lors d'une conférence de presse de bilan régional annuel.

 

En mai le gendarme du nucléaire avait précisé que sur les 400 pièces concernées produites depuis 1965 "une cinquantaine serait en service sur le parc électronucléaire français". Il reste à préciser quelles centrales sont concernées. Selon l’ASN, parmi ces irrégularités, des incohérences, des "modifications ou des omissions dans les dossiers de fabrication portant sur des paramètres de fabrication ou des résultats d'essais". Ces anomalies ont été détectées dans l'usine du Creusot d'Areva spécialisée dans les grandes pièces formant les composants des îlots nucléaires des centrales.