Nicolas Sarkozy a demandé mercredi à ses ministres de privilégier désormais la France pour passer leurs vacances

Dans une brève déclaration en conseil des ministres diffusée par l'Elysée mercredi matin, le chef de l'Etat demande également que toute invitation à l'étranger d'un membre du gouvernement français soit autorisée par le Premier ministre.Il s'agit ainsi d'éviter la répétition de polémiques liées aux invitations par des gouvernements étrangers.

Nicolas Sarkozy le 3 février 2011
Nicolas Sarkozy le 3 février 2011 (AFP - LIONEL BONAVENTURE)

Dans une brève déclaration en conseil des ministres diffusée par l'Elysée mercredi matin, le chef de l'Etat demande également que toute invitation à l'étranger d'un membre du gouvernement français soit autorisée par le Premier ministre.

Il s'agit ainsi d'éviter la répétition de polémiques liées aux invitations par des gouvernements étrangers.

Ces autorisations seront données "en accord avec la cellule diplomatique de la présidence de la République pour examiner leur compatibilité avec la politique étrangère de la France", a précisé Nicolas Sarkozy.

"Ce n'est, en effet, qu'en étant irréprochables que les personnes qui exercent de hautes responsabilités renforceront la confiance des citoyens dans les institutions de l'Etat. Cette confiance est indispensable, parce qu'elle est au fondement même de notre contrat social", a déclaré le chef de l'Etat.

"Les exigences contemporaines en matière de morale publique se sont considérablement renforcées ces dernières années. (...) Les attentes des citoyens sont plus vives que par le passé et elles sont légitimes. Il est de notre devoir de ne pas les décevoir. Le citoyen est en droit d'exiger de toute personne qui gouverne ou exerce des responsabilités publiques une réelle transparence", a poursuivi le chef de l'Etat.

Le Premier ministre, François Fillon, avait auparavant fait une communication sur la prévention des conflits d'intérêt. Nicolas Sarkozy et François Fillon s'efforcent de mettre fin à la polémique déclenchée par les de la ministre des Affaires étrangères Michèle Alliot-Marie et celles du Premier ministre en Egypte.

Lors de la trêve des fêtes de fin d'année, Nicolas Sarkozy avait lui-même passé quelques jours au Maroc.


>>