Cet article date de plus de sept ans.

My Ferry Link bannie de Douvres : "Inacceptable" (F. Cuvillier)

My Ferry Link vient de subir un nouveau revers de l’autorité britannique de la concurrence. Cette dernière vient de confirmer son refus de laisser les bateaux de la filiale du groupe Eurotunnel relier Calais à Douvres. Sur France info, le ministre des Transports a vivement réagi à cette décision.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (L'autorité britannique de la concurrence interdit à My Ferry Link (ex-compagnie SeaFrance), qui loue ses bateaux à Eurotunnel, d'opérer depuis le port de Douvres © Maxppp/Jean-Pierre Brunet)

Le niveau de concurrence imposé par les ferries de My Ferry Link, filiale du groupe Eurotunnel issue de l'ex-SeaFrance, n'est pas soutenable et pourrait conduire au retrait de l'un des deux opérateurs qui assurent actuellement la liaison entre Calais et Douvres. C’est en tout cas l’argument avancé par l’autorité britannique de la concurrence qui vient de confirmer une décision rendue dans un avis préliminaire communiqué en mai, et qui vise à interdire, sous six mois, aux ferries Berlioz et Rodin d'assurer la liaison Calais-Douvres pour une période pouvant aller jusqu’à dix ans.

Eurotunnel va faire appel

Eurotunnel a annoncé son intention de faire appel de la décision du régulateur britannique, qu'il qualifie d'"aberrante". "Groupe Eurotunnel ne peut que faire appel d'une décision aussi injuste", indique la société dans un communiqué. Le PDG du groupe, Jacques Gounon, fait aussi valoir que "la décision de la CMA (Competition and Markets Authority) "prive 600 personnes de travail sans réelle justification".

"On ne peut pas interdire le pavillon français d’exercer sur le Transmanche " (Frédéric Cuvillier sur France Info)

Sur France Info, le ministre des Transports Frédéric Cuvillier a lui aussi vivement critiqué la décision de l’autorité de la concurrence britannique. "On est en train, par hypocrisie, de créer un duopole et on souhaite au final écarter l’activité du pavillon français ", a-t-il réagi au micro de Florent Guyotat, dénonçant une décision "inacceptable ".

"On ne peut pas interdire selon des arguties juridiques non partagées et contradictoires entre la position française et la position britannique, on ne peut pas interdire le pavillon français d’exercer sur le (marché) transmanche ", estime le ministre qui prévient les autorités britanniques qu’il "n’est pas de leur intérêt d’arriver à une forme de guerre du transmanche […] Il existe le droit maritime et il doit s’appliquer ", a-t-il dit.

Frédéric Cuvillier a annoncé que l'Etat français allait "déployer tous les moyens " pour permettre à la compagnie de ferries My Ferry Link de "continuer l'exploitation des navires " depuis le port de Douvres. "La compagnie My Ferry Link assura tous ses trafics et le fera pour longtemps ", a assuré le ministre des Transports.  

 

My Ferry Link bannie de Douvres : colère de Frédéric Cuvillier ce midi sur France Info. Il répond à Florent Guyotat
écouter
 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Eco / Conso

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.