"Un mécanisme de filtrage" bloquant toute connexion aux sites "pornographiques et pédophiles" mis en place à l'Assemblée

Une note du site interne du Palais-Bourbon confirme l'information publiée par Bakchich Info selon laquelle cette décision sera appliquée dès le 20 janvier.Dans le projet de loi de sécurité intérieure Loppsi 2, adoptée mardi par les députés, une mesure oblige les fournisseurs d'accès à internet à bloquer les contenus à caractère pédopornographiques.

L\'Assemblée nationale
L'Assemblée nationale (France 2)

Une note du site interne du Palais-Bourbon confirme l'information publiée par Bakchich Info selon laquelle cette décision sera appliquée dès le 20 janvier.

Dans le projet de loi de sécurité intérieure Loppsi 2, adoptée mardi par les députés, une mesure oblige les fournisseurs d'accès à internet à bloquer les contenus à caractère pédopornographiques.

La note précise que "le dispositif de filtrage vise à empêcher toute connexion aux sites pornographiques, pédophiles, ainsi qu'à des sites susceptibles de propager certains virus" et que, "pour des raisons techniques, une trace de ces connexions est conservée pendant 24 heures".

Selon Bakchich, le dispositif mis en place "est loin de prouver son entière efficacité", quelques clics suffisant à accéder quand même à des sites pornographiques.

Dans un communiqué publié jeudi soir, la questeure Marylise Lebranchu (PS) précise que "le collège des questeurs a saisi l'opportunité d'un changement d'équipements de réseaux pour mettre en place un système de protection à l'égard des virus, d'élimination des publicités indésirables et de filtrage des sites illicites ou controversés (eux-mêmes propagateurs de virus), à l'instar de ce qui est pratiqué dans un nombre croissant d'institutions et d'entreprises".

"Il a été procédé à une information préalable des utilisateurs, conformément aux recommandations de la Commission nationale de l'informatique et des libertés (Cnil)", a-t-elle ajouté.