Cet article date de plus de six ans.

Un chroniqueur du Mouv' compare "les partouzes" de DSK avec "les tournantes" des "petits frères"

Une polémique enfle après les propos tenus, mardi 3 février, par le rappeur et réalisateur Jean-Pascal Zadi sur les ondes de la station "jeunes" de Radio France.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Le nouveau logo de la radio Le Mouv', dévoilé le 2 février 2015. (DR)

Trop neuf pour avoir le ton juste ? Lundi 2 février, Mouv' (nouveau nom de la radio autrefois baptisée Le Mouv') lançait sa nouvelle formule, comme l'explique France Bleupour accroître son audience. Une cure de jouvence ternie par une polémique toute fraîche. Car mardi 3 février, le rappeur et réalisateur Jean-Pascal Zadi s'est lancé dans une comparaison hasardeuse sur les ondes de la radio jeune.

Pour DSK, "on appelle ça des parties fines"

Des propos ainsi retranscrits sur le site du Mouv', mardi :

"Aujourd’hui a lieu le jugement de DSK pour son affaire au Carlton, un baye [une affaire] de proxénétisme en bande organisée… Bon, sachez que moi, je ne tire pas sur les ambulances conduites par un aveugle qui roule avec des phares cassés sans assurance à Aubervilliers à 4 heures du matin. C’est trop facile… Dernièrement, Manuel Valls a évoqué l’apartheid en parlant de la banlieue. On en a la preuve avec cette affaire : 

parce que quand Dominique fait des partouzes avec ses potes au Carlton, des avocats, des anciens keufs, des patrons, on appelle ça des parties fines, alors que quand les petits frères font les mêmes bayes dans les cités, on appelle ça des tournantes…"

Jean-Pascal Zadi

Mouv'

 

"Non, je ne peux pas te laisser dire ça !"

Selon Le Monde, Nour-Eddine Zidane, rédacteur en chef au Mouv', qui anime le "20#20", l’émission dans laquelle la chronique est diffusée, réagit aussitôt : "Non ! Non ! Là je ne peux pas te laisser dire ça, parce que, sérieusement, la différence c'est quand même que les tournantes ce n’est pas consenti. C’est un crime." Le chroniqueur tente alors maladroitement de se justifier : "Ça dépend, ça dépend…"

Le lendemain, mercredi à 11 heures, Mouv' offre pourtant, sur son compte Twitter, un nouveau coup de projecteur sur les propos de Jean-Pascal Zadi. La journaliste du Monde Lucie Soullier s'en étonne quelques heures plus tard, également sur Twitter :

Un recadrage insuffisant ?

Devant les nombreuses réactions sur Twitter, la station répond mercredi que "le sujet sera évoqué avec notre directeur, le chroniqueur et le rédac chef en début d'émission ce soir à 20h20".

Mais le lendemain, à 10 heures, le journaliste de Libération Alexandre Hervaud note, pour s'en étonner, que le sujet n'a pas été évoqué comme promis la veille au soir :

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Médias

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.