Cet article date de plus de neuf ans.

Succès du sommet de Washington : la sécurité nucléaire sera renforcée

Obama a obtenu le soutien des 46 autres pays qui participaient à son sommet contre le terrorisme nucléaire. Tous se sont mis d'accord pour que, d'ici quatre ans, les matières sensibles soient sécurisées.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (Radio France © France Info)

Tous unis face à la menace terroriste... Puisque les terroristes s'intéressent de près aujourd'hui au nucléaire, restons soudés. Tel est, en substance, le message délivré par les 47 pays réunis au sommet de Washington.

De la matière fissile “de la taille d'une pomme” peut suffire à tuer des milliers de personnes, a rappelé Barack Obama. Le président américain a eu beau jeu de rallier les 46 pays à un accord. D'ici quatre ans, chacun s'est engagé à sécuriser ses matières sensibles.

Concrètement, les Etats-Unis et le Canada ont appelé à la création d'un fonds de 10 milliards de dollars pour améliorer la sécurité nucléaire dans le monde.

“Le peuple américain sera plus en sécurité, le monde sera plus sûr grâce aux mesures que nous avons prises”, a-t-il conclu.

Et ce sommet a été riche de gestes symboliques : l'Ukraine a annoncé qu'elle allait se défaire de tout son uranium hautement enrichi, comme l'ont promis le Canada et le Mexique.
_ La Chine a de son côté accepté de travailler avec les Etats-Unis sur des sanctions éventuelles contre l'Iran - les USA sont favorables à un nouveau durcissement du régime de sanctions envers l'Iran, qu'ils accusent de dissimuler un programme nucléaire militaire. Et la Chine peut utiliser de son droit de veto au Conseil de sécurité des Nations-Unies...

Nicolas Sarkozy pour des sanctions sévères contre Téhéran

L'Iran, principal sujet de préoccupation lors de cette conférence. Le président français Nicolas Sarkozy a pressé d'ailleurs ses partenaires d'imposer des sanctions sévères à Téhéran. Des sanctions doivent être prises contre l'Iran à l'ONU "en avril ou mai.
Pas plus tard. La minute de vérité approche", estime le chef de l'État.

Nicolas Sarkozy qui est revenu aussi, dans sa conférence de presse, sur le sort des journalistes français retenus en Afghanistan. Il a déclaré "ne ménager aucun effort pour les sortir de cette situation" et a annoncé qu'il verrait les familles des deux otages dans les prochains jours.

À noter enfin la proposition de service de la France, qui a offert ses services en matière de retraitement et de recyclage des combustibles radioactifs usagés.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.