Cet article date de plus de neuf ans.

Sarkozy pour une taxe sur les transactions financières

Devant l'Assemblée générale des Nations-Unies, le président français a plaidé pour que les pays adoptent sans délai une taxe pour financer les objectifs du Millénaire pour le développement.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (Radio France © France Info)

La taxe Tobin serait-elle à nouveau dans l'air du temps ? Taxer les transactions financières paraît aujourd'hui la panacée - c'est peut-être tout simplement la seule source de revenus, aujourd'hui...

Quoi qu'il en soit, la taxation des transactions financières, c'est la proposition qu'a faite aujourd'hui Nicolas Sarkozy, devant l'Assemblée générale de l'ONU, pour financer les objectifs du Millénaire pour le développement - réduire de moitié la pauvreté d'ici 2015.

“Les financements innovants, la taxation des transactions financières, nous
pouvons le décider ici. Pourquoi attendre ? La finance s'est mondialisée, au nom
de quoi nous ne demanderions pas à la finance de participer à la stabilisation
du monde en prélevant sur chaque échange financier une taxe ?”
_ Et le président français s'est engagé à promouvoir cette idée lorsque la France présidera le G20 et le G8.

Par ailleurs, la France va augmenter de 20% sa contribution au Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme au cours des trois prochaines années. “Nous n'avons pas le droit de nous abriter derrière la crise économique pour faire moins”, a déclaré Nicolas Sarkozy.
_ Selon le Fonds mondial, la France s'était engagée en 2010 à verser 300 millions d'euros ; la contribution - la deuxième plus généreuse au monde - devrait passer à 360 millions.

  • En marge du Sommet, Nicolas Sarkozy s'est ostensiblement réconcilié avec la chancelière allemande Angela Merkel, après le couac de la semaine dernière sur les Roms. Le président français avait affirmé avoir reçu, sur cette question sensible, le soutien de la dirigeante allemande... ce que Berlin avait démenti quelques heures plus tard.
    _ Aujourd'hui à New York, Nicolas Sarkozy et Angela Merkel ont jugé ensemble que cette polémique était "dérisoire et sans fondement".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Médias

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.