Cet article date de plus de neuf ans.

Reporters sans frontières dresse le panorama des pays "ennemis d’internet"

Reporters sans frontières vient d’actualiser son rapport publié l’an dernier. Un rapport pour dresser la liste des pays "ennemis d’internet" et ceux "sous surveillance". Dans cette dernière liste apparaît la France depuis 2011 en raison de la loi Hadopi. RSF dénonce notamment la "tentation sécuritaire" dans les démocraties.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Franceinfo (Franceinfo)

 

La
liste des pays "ennemis d’internet" s’est agrandie en 2012. Selon
Reporters sans frontières, Bahreïn et le Bélarus viennent rejoindre l’Arabie
Saoudite, la Birmanie, la Chine, la Corée du Nord,
Cuba, l'Iran, l'Ouzbékistan, la Syrie, le Turkménistan et le Vietnam. Des pays,
relève l’organisation, qui conjuguent des problèmes d’accès, une traque des
cyberdissidents et l’utilisation des réseaux pour faire de la propagande.

A l’occasion de la Journée mondiale contre la cybercensure,
le 12 mars, RSF relève également que l’année 2011 a été une année importante
pour les "net-citoyens". Au cœur du printemps arabe et des
changements politiques dans de nombreux pays, ils ont en revanche été victimes
de violences sans précédent selon l'organisation. Cinq d’entre eux ont été tués et 200 arrestations
de blogueurs et de net-citoyens ont été relevées l’an dernier.

Mais le contrôle et la
surveillance d’internet n’est plus l’apanage des dictatures. Reporters sans
frontières note une tentation sécuritaire dans les démocraties. RSF s’inquiéte
aussi des mesures "disproportionnées" prisent par certains pays
pour protéger le droit d’auteur.

En raison de la loi Hadopi, la France apparaît depuis 2011 dans
cette deuxième liste des pays dits "sous surveillance". A ses côtés
elle retrouve l'Australie, la Corée du Sud, les Emirats arabes unis, l'Egypte, l'Erythrée, l'Inde, le Kazakhstan,
la Malaisie, la Russie, le Sri Lanka, la Thaïlande, la Tunisie et la Turquie.

Oeuvres liées

{% document %}

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.