Reporters sans frontières demande au CSA d'ouvrir une enquête sur Vincent Bolloré pour "censure"

L'association, qui agit en partenariat avec le collectif de journalistes "Informer n'est pas un délit", accuse le patron de Canal+ d'avoir fait censurer des documentaires.

Vincent Bolloré lors d\'une conférence de presse à Paris, le 28 janvier 2015.
Vincent Bolloré lors d'une conférence de presse à Paris, le 28 janvier 2015. (ERIC PIERMONT / AFP)

L'association Reporters sans frontières (RSF) et le collectif de journalistes "Informer n'est pas un délit" ont réclamé au Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA) l'ouverture d'une enquête sur Vincent Bolloré, mardi 29 septembre. Ils accusent le patron de Vivendi et de Canal+ d'avoir fait censurer des documentaires gênants.

Des représentants du collectif, qui réunit des journalistes comme Fabrice Arfi (Mediapart) et Elise Lucet (France 2), et de RSF affirment avoir transmis au CSA "des éléments concrets sur les cas de censure au sein du groupe Canal+". Cette censure serait "à l'initiative partielle ou totale de Vincent Bolloré". 

Canal+ dément toute déprogrammation

RSF et le collectif pointent notamment du doigt la déprogrammation avant l'été d'un documentaire sur les manœuvres fiscales du Crédit Mutuel, partenaire de Vivendi. Le documentaire Évasion fiscale, une affaire française doit finalement être diffusé sur France 3 le 7 octobre.

Lors de son audition par le CSA, jeudi 24 septembre, Vincent Bolloré a nié toute censure et promis de créer un "comité d'éthique". Le groupe se défend par ailleurs de toute déprogrammation, soulignant que l'un des documentaires concernés, Hollande-Sarkozy : guerre secrète, sera bien diffusé sur Canal+ le 26 octobre.