Radio France : 236 départs volontaires annoncés à Radio France d’ici 2022 dans le cadre du projet de transformation de l'entreprise

Ces mesures ont été annoncées par la direction du groupe audiovisuel public dans le cadre du projet Radio France 2022.

La Maison de la radio, à Paris, siège de Radio France.
La Maison de la radio, à Paris, siège de Radio France. (MATTHIEU FERRI / RADIO FRANCE)

La PDG de Radio France, Sibyle Veil, a présenté jeudi 14 novembre lors d’une réunion du comité social et économique central (CSEC) les modalités de mise en œuvre du projet Radio France 2022 qui comprend 299 suppressions de postes sur trois ans. Parallèlement, 76 postes seront créés dont 50 dans le numérique sur des compétences qui n’existent pas en interne. Pour mener à bien ces suppressions de postes, le groupe va mettre en place un plan de départs volontaires concernant 236 postes qui seront ouverts progressivement sur trois ans au fur et à mesure des réorganisations mises en place.

Le projet d’adaptation de l’entreprise de Radio France prévoit 60 millions de besoins de financement supplémentaires sur trois ans. 20 millions de baisse des contributions de l'Etat – déjà annoncée – , 20 millions d'augmentation mécanique des charges et 20 millions d'euros de financement de la transformation numérique. "Nous devons faire des choix pour concentrer nos moyens sur nos missions de service public d’une part et pour dégager d’autre part les ressources permettant de mener à bien les projets qui nous rendent plus forts pour l’avenir", a indiqué Sibyle Veil dans une lettre envoyée aux salariés de Radio France jeudi matin. 

25 millions d'écononomies sur les charges de personnel

Pour y parvenir, la direction de Radio France entend développer les ressources propres pour 20 millions d'euros, économiser sur les coûts de diffusion de l'ordre de 5 millions d'euros, 10 millions d'économies vont passer par un redéploiement de moyens et 25 millions d'économies sont prévues sur les charges de personnel, qui représentent 61% du total des charges de l'entreprise.

C’est dans ce cadre que 299 suppressions de postes ont été annoncées jeudi. En tenant compte des départs déjà programmés dans les prochaines années et des postes vacants, 236 postes postes actuellement occupés seront ouverts à un plan de départs volontaires progressivement en trois temps, 2020, 2021, 2022.

Ces départs volontaires se seront ouverts uniquement dans les directions où de nouvelles organisations les rendent possibles et une fois celles-ci mises en place, selon la direction de Radio France. "J’ai veillé à limiter au strict nécessaire le nombre de départs de salariés", a ajouté la présidente de Radio France dans sa lettre.

Le SNJ évoque un plan "insoutenable"

Le syndicat SNJ de Radio France a réagi aux annonces dans un communiqué évoquant un plan "insoutenable". "Au-delà de ces critères de départs, ce qui inquiète ce sont les conditions de travail de ceux qui vont rester. Comment faire plus avec moins de personnel ? C’est le véritable enjeu de ce plan, alors que l’État et la direction de Radio France nous demandent de renforcer encore notre présence sur le numérique, avec plus de vidéo, plus de publications web, de podcasts natifs". Pour le syndicat, ce plan "n'est pas une simple réorganisation du service public de la radio" mais "un grave affaiblissement" de celui-ci. Le processus d’information-consultation des organisations syndicales sur les modalités du projet Radio France 2022 débutera par un CESC le 25 novembre.