Cet article date de plus de neuf ans.

Privatisation partielle de France 3 : l'Elysée dément

Démenti "catégorique", information "fantaisiste"... L'Elysée et France 3 nient toutes discussions avec la presse quotidienne régionale à propos du "démantèlement" de la chaîne, comme l'affirmait hier le site MediaPart.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (Radio France © France Info)

"Nous démentons catégoriquement". Le porte-parole de l'Elysée, David Martinon, n'aura pas mis longtemps à réagir à l'information parue sur le site MediaPart hier.
_ Ce site fondé par Edwy Plenel affirmait que des discussions étaient en cours entre l'Elysée et la presse quotidienne régionale. Objectif : confier à la PQR les décrochages régionaux de la chaîne, via des sociétés d’économie mixte.

Le syndicat de la presse quotidienne régionale a également démenti, affirmant n'être ni demandeur ni intéressé.

Une information qui n'avait pas manqué d'inquiéter les journalistes de France 3, surtout après l'annonce par Nicolas Sarkozy de supprimer la publicité sur les chaînes publiques. "Va-t-on vers une +privatisation+ déguisée de l'information régionale sur
France 3 ?" s'interrogeait ainsi le syndicat national des journalistes, qui y voit la preuve "que l'annonce présidentielle de la fin de la
publicité n'est que l'arbre qui cache la forêt de la réduction, à terme, du
périmètre de l'audiovisuel public".

Une réunion des syndicats de France 3 a eu lieu en début d'après-midi. Dès hier, pourtant, France Télévisions avait également qualifié d'"hautement fantaisistes" les affirmations de MediaPart. Il n'empêche : les salariés de France 3 sont inquiets des projets du gouvernement.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.